Cameroun: Vive émotion après une vidéo montrant de présumés sécessionnistes enterrant une femme vivante

18 Septembre 2019

Le Cameroun tout entier, est secoué depuis avant hier, lundi 16 septembre 2019, qu'une vidéo abondamment partagée sur les réseaux sociaux, montre de présumés séparatistes anglophones encore appelés « Ambazoniens », en train d'enterrer vivante, une jeune femme.

La scène selon toute vraisemblance, se déroule à Batibo, département de la Momo (région du Nord-Ouest). Dans la vidéo d'une cruauté insoutenable, l'on voit une jeune femme capturée par des personnes non identifiées, lesquelles ont pris le soin de creuser sa tombe, avant de la précipiter vive à l'intérieur, lui demandant de se coucher face contre terre.

La jeune dame condamnée à la mort, ne compte pas obtempérer dans un premier temps, et implore la clémence de ses bourreaux, visiblement drogués au cannabis. Il en faut vraiment pour, manifester une telle cruauté et indifférence face aux supplications d'un être humain, qui plus est, une femme.

Espérant en vain, le sort de la pauvre femme est scellé lorsque l'un des bourreaux, porte une épaisse couche de poussière à deux reprises, et l'en frappe les yeux violemment, lui ôtant toute possibilité de voir encore. Et le coup de grâce : l'un des tueurs lui loge une balle à la tête, et l'inhumation de la jeune femme qui est encore vivante, commence. La messe est dite. Horreur. Bestialité indicible et inaudible : un être humain traité moins qu'un animal sauvage et cruel.

Les bourreaux en pidgin (sorte d'anglais précaire mélangé aux langues locales), souhaitent un sadique et ironique « may your soul rest in peace », à leur suppliciée, avant de la couvrir de tonnes de terre.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.