Burkina Faso: Crises sécuritaire et humanitaire à Barsalogho - Le cheik Ahmado Sawadogo prêche la paix et la solidarité

Résidant à Ouagadougou, le cheik Ahmado Sawadogo a effectué un déplacement à Barsalogho, commune rurale de la province du Sanmatenga, le 15 septembre 2019.

Le retour au bercail de ce natif de la localité a été marqué par des visites de courtoisie à des autorités administratives, sécuritaires et coutumières locales, une séance de prières pour la paix dans une mosquée et un don de vivres et d'un forage d'eau au profit des personnes déplacées internes de la commune.

En cette matinée de dimanche, c'est sous escorte d'éléments de la gendarmerie que le jeune cheik Ahmado Sawadogo et la forte délégation d'amis et de frères religieux qui l'accompagnaient ont effectué le trajet Kaya-Barsalogho, long de 45 km.

On notait également la présence de journalistes. Après 1h25mn de route en raison de l'état défectueux de la voie et de la vigilance de l'escorte face à la menace sécuritaire dans cette partie nord de la province, le cortège est accueilli par une grande foule de motocyclistes et d'automobilistes à l'entrée de la ville.

En dépit du contexte sécuritaire et humanitaire difficile, la communauté musulmane de Barsalogho s'est mobilisée pour réserver un accueil chaleureux au cheik Ahmado Sawadogo et à sa suite.

Après une escale à la brigade territoriale de gendarmerie de la ville où le cheik a traduit sa reconnaissance et ses bénédictions aux forces de défense et de sécurité qui sont déployées dans la zone pour sécuriser les populations et leurs biens, le cortège s'est ébranlé en direction du centre-ville.

Successivement, Ahmado Sawadogo a rendu des visites de courtoisie au maire et au chef coutumier de Barsalogho, respectivement el hadj Abdoulaye Pafadnam et Naaba Guigmdé, et témoigné sa solidarité aux déplacés internes à travers un don de 10 tonnes de vivres.

Face à la préoccupation d'approvisionnement en eau potable dans la ville qui a été exposée par le bourgmestre, le généreux dignitaire religieux a, séance tenante, pris l'engagement de réaliser dans les jours à venir un forage sur un des sites d'accueil des personnes déplacées. Le chef coutumier de Barsalogho s'est réjoui de l'initiative du cheik Ahmado Sawadogo.

«Notre fils a fait sien l'adage qui nous enseigne qu'on ne jette pas de pierre sur sa patrie mais à la limite une motte de terre», a-t-il déclaré.

Le dernier acte du cheik Ahmado Sawadogo à Barsalogho a été marqué par la lecture collective du saint Coran, la prière, le doua et l'immolation d'un bœuf à la mosquée du secteur n°4 pour solliciter à Dieu la paix et la cohésion sociale à Barsalogho et dans le reste du Burkina Faso.

Le maire, Abdoulaye Pafadnam, a félicité le cheik pour son assistance spirituelle et humanitaire à la commune qui est confrontée depuis le début de l'année à une crise sécuritaire avec des conséquences sociales et humanitaires.

«De telles actions nous réconfortent et nous encouragent à supporter ces différentes crises», a-t-il indiqué.

Selon le visiteur du jour, il était de son devoir, en tant que fils de la commune, de venir témoigner son soutien aux autorités locales et à l'ensemble de la population ainsi que sa solidarité aux déplacés en situation de détresse.

Les données du CODESUR (Comité départemental de secours d'urgence et de réhabilitation) font état de plus de 50 000 personnes déplacées internes accueillies à Barsalogho.

Celles-ci viennent d'une trentaine de villages de la commune et de certaines localités de Dablo, de Pissila, d'Arbinda et de Tongomaël.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.