Congo-Kinshasa: Le sénateur Modeste Bahati Lukwebo s'estime persécuté par le fisc

En République démocratique du Congo, le sénateur Modeste Bahati Lukwebo dénonce la persécution dont il ferait l'objet actuellement de la part du fisc. Dans un tweet, le leader de la plateforme AFCD et Alliés appelle le peuple à défendre l'État de droit.

Dans un tweet, le sénateur congolais Modeste Bahati Lukwebo explique qu'il a d'abord été victime d'une persécution politique. Il y a quelques semaines, son regroupement politique, l'Alliance des forces démocratiques du Congo (AFDC), a éclaté.

La scission a été provoquée par les animateurs du Front commun pour le Congo (FCC) qui reprochaient au sénateur d'avoir maintenu sa candidature au perchoir du Sénat en dépit de l'avis de l'ex-président Joseph Kabila.

Il serait dans le collimateur du parti à cause de cette désobéissance. Et pour Bahati, cette entreprise de déstabilisation a permis aux dissidents d'être nommés dans le gouvernement pour occuper les cinq postes réservés à l'AFDC et Alliés.

Enquête

Le sénateur dénonce aussi une persécution fiscale, économique et financière. Selon lui, cet acharnement s'opère avec la complicité des services de l'État.

Selon nos sources, ces services auraient reçu des instructions pour enquêter sur les activités du Groupe Taverne qui appartient à Bahati Lukwebo.

Or, au mois de juin dernier, la douane congolaise a délivré une attestation de situation fiscale, valable pour quatre mois.

Pour l'entourage du sénateur, le FCC qui contrôle encore les structures de l'administration du fisc ainsi que la douane voudrait faire payer à Modeste Bahati le fait d'avoir défié Joseph Kabila.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.