Sénégal: Evaluation du programme « Lecture pour tous » - Matam affiche 30 % de niveau de maitrise des normes

18 Septembre 2019

Dans la région de Matam (Nord-Est), le programme "Lecture pour tous" a permis d'augmenter, en deux ans, la proportion des élèves des classes de CE1,CI et CP qui savent lire selon les normes établies.

Le constat a été effectué en marge d'un Crd tenu à Matam, avec la participation des divers acteurs du système éducatif, des autorités territoriales et administratives.

Un comité régional de développement, portant sur la revue des performances du programme « Lecture pour Tous », présidé par Mme Djégui Ngom, gouverneur chargé du développement a permis de présenter des éléments d'informations sur la conduite du projet en question.

Pour rappel, « ce programme national de lecture élaboré par le ministère de l'Éducation nationale qui est financé par l'USAID afin de relever le défi des performances scolaires à travers de meilleurs résultats en lecture dès les premières années du primaire, se fixe pour objectif d'amener 70% des élèves des classes de CEI,CI et CP à lire selon les normes établies à la fin de la cinquième année de l'assistance en 2021 ».

Le programme "Lecture pour tous", qui a pour but de soutenir la mise en œuvre du programme national de la lecture, porte en effet sur l'utilisation des langues nationales dans les enseignements- apprentissages dans les régions de Matam, Kaffrine, Fatick, Kaolack, Louga, Diourbel et Saint-Louis pour 4000 écoles, 600.000 élèves et 100 daaras. Après deux ans et demi de mise en œuvre du programme, celui-ci est présentement dans une phase d'évaluation de l'ensemble des indicateurs.

S'exprimant devant des acteurs de l'éducation, des autorités territoriales et administratives, le responsable du suivi évaluation, Déthié Bâ, a fait savoir « qu'en 2017, lors du démarrage du programme, seuls 2,23% des élèves étaient en mesure de lire correctement dans la langue nationale pular et 3,92% en wolof dans la région».

Gräce au programme, indique-t-il, « ces chiffres sont passés à près de 29,6 % pour le pular et 100 % pour le wolof.

Ce qui a permis à la région de se retrouver avec le taux de 30,4 % dans le cadre de l'amélioration de la lecture en deux ans contre 32,7 % de taux global obtenu par les régions impactés par le programme».

Une performance jugée satisfaisante par le secrétaire général de l'inspection d'académie, Abdoul Aziz Ba, et certains acteurs qui appellent toutefois à la mise en place d'une batterie de mesures allant dans le sens de l'amélioration des acquis.

Comme le relèvement du taux de suivi et d'encadrement au niveau des écoles et surtout celui du niveau d'allocation des enseignants vis-à-vis du temps à consacrer à la lecture de la langue nationale qui est seulement de 39 %.

Ce, en plus de l'amélioration de la remontée des informations issues des collectes qui est très faible au regard des productions fournies.

Au terme des débats sur les points des dispositifs à prendre, les principales recommandations qui ont été formulées ont aussi porté sur la désagrégation des résultats jusqu'au niveau des départements pour mieux cerner les éventuelles orientations.

Les participants se sont aussi accordés sur une grande implication des collectivités territoriales et des acteurs afin d'offrir au projet les éléments structurants de sa réussite.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.