Congo-Kinshasa: Justice - L'ex-ministre de la Santé assigné à résidence surveillée

Le dossier du Dr Oly Ilunga a été transféré au parquet près la Cour de cassation, juridiction devant laquelle il devra comparaître.

La situation se complique de plus en plus pour l'ex-ministre de la Santé, présumé détourneur de 4,5 millions de dollars destinés à la lute contre la maladie à virus Ebola. Oly Ilunga se trouverait actuellement en résidence surveillée, à Kinshasa, après avoir passé quarante-huit heures en garde à vue dans une cellule de la coordination de la police.

Présentement, à en croire ses avocats, son dossier a été transféré au parquet près la Cour de cassation, juridiction devant laquelle il devra comparaître, après son relâchement, en homme libre pour présenter ses moyens de défense. Entre-temps, il lui est interdit de quitter, sous aucun prétexte, le territoire national jusqu'à nouvel ordre pendant que se poursuit l'instruction sur le fond du dossier.

Ancien médecin privé d'Etienne Tshisekedi, père biologique de l'actuel chef de l'État congolais, le Dr Oly Ilunga avait très mal digéré la reprise par la présidence de la République de la supervision de la coordination de la riposte contre Ebola. Il s'est également opposé, entre autres, à l'introduction d'un deuxième vaccin dans la lutte contre l'épidémie d'Ebola en République démocratique du Congo « par des acteurs qui ont fait preuve d'un manque d'éthique manifeste ».

Ce qui a conduit à sa démission inattendue, estimant n'avoir pas été compris par les autorités du pays. Mais sa tentative de gagner l'autre rive du fleuve Congo pour se soustraire à d'éventuelles poursuites a alimenté les suspicions jusqu'à le placer comme principal suspect du détournement de l'argent destiné à la lutte contre Ebola.

Il a été arrêté le 14 septembre aux environs de 14 h, sur la base d'un mandat d'amener émis par le parquet général près la Cour de cassation. Après audition le même jour, l'ex-ministre de la Santé a été placé en garde à vue. Dossier à suivre.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.