Ile Maurice: Trafic de drogue - Jugement de la BRC renversé, un musicien obtient la liberté conditionnelle

18 Septembre 2019

Rs 100 000. C'est la caution que Jean Hugues Brian Laurent a dû payer pour retrouver la liberté conditionnelle ce mercredi 18 septembre. Ce musicien, qui fait face à une charge provisoire de trafic de drogue, avait sollicité la cour Suprême après que le magistrat de la Bail and Remand Court (BRC) avait refusé sa demande.

Le plaignant avait déposé un affidavit par le biais de son avocate et avouée, Jenny Mootealoo et Ammanah Saya Ragavoodoo pour contester la décision de la BRC. Pour rappel, lors de sa comparution le 6 juin dernier, la police avait objecté à sa remise en liberté en avançant qu'il risque de s'enfuir et de commettre le même type de délit. Dans le document déposé, l'homme affirme que cette décision est discriminatoire et arbitraire. Selon l'artiste, aucune preuve sur une possible récidive n'a été produite devant la cour. «Je n'ai jamais été condamné dans le passé. La police parle simplement d'une appréhension» poursuit-il. De plus, il avance que le magistrat s'est basé sur une information erronée de la police. «Il est dit que ne travaille pas. Or, je suis musicien et je fais aussi des petits boulots» précise Jean Hugues Brian Laurent dans son affidavit.

Face à ces arguments, la cour Suprême a ordonné la remise en liberté conditionnelle du suspect. En sus de la caution, il a dû signer une reconnaissance de dette de Rs 100 000. Un couvre-feu lui a également été imposé entre 21 heures et 6 heures et le musicien doit se présenter au poste de police de sa localité tous les jours entre 8 heures et 20 heures.

Jean Hugues Brian Laurent avait été arrêté le 19 mars dernier à Roche-Bois car il avait 11.02 grammes de drogue synthétique séparés en 105 doses en sa possession. La valeur de la drogue est estimée à Rs 31 500. La somme de Rs 300 avait aussi été saisie sur lui.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.