Afrique Centrale: Les diplomates africains échangent à Addis Abeba sur l'intégration et les dynamiques politiques en Afrique Centrale

L'OIF prend de l'épaisseur. En présence de nombreux représentants des Etats, d'organisations internationales partenaires dont l'Union africaine, la CEDEAO, les Nations unies, l'Union européenne ainsi que des centres de réflexion, les participants à ce séminaire ont discuté sur les enjeux des dynamiques politiques en Afrique Centrale et de l'integration.

Le Président du GAF, Baye Moctar Diop, Ambassadeur du Sénégal et le Doyen de la région Afrique centrale, l'Ambassadeur de la République du Congo Lazare Makayat Safousse ont salué l'initiative de cette réunion qui se veut un cadre de discussions pour enrichir les échanges sur la construction d'un marché commun en collaboration avec les volontés étatiques, celles des communautés économiques régionales (CER) et de l'Union africaine.

Le principal orateur, l'ancien ministre mauritanien et représentant des Nations Unies, Ahmedou Ould Abddalah, a axé son intervention sur les défis et les opportunités de la région dans un contexte de réforme de la Communauté économique des États de l'Afrique centrale (CEEAC) établie depuis 1983, qui constitue une des 8 communautés économiques régionales de l'Union africaine. M. Abdallah a souligné l'importance de la poursuite des réformes en cours au sein du Secrétariat de la CEEAC.

M. Lazare Makayat Safousse, qui présidait la séance, a enrichi les discussions en apportant des éléments de compréhension et de réponses sur l'état de la réforme institutionnelle en cours, notamment le projet de cadre organique de la CEEAC et le projet de Protocole révisé relatif au Conseil de Paix et de Sécurité de l'Afrique centrale (COPAX), qui marque une forte volonté des Etats en faveur du processus d'intégration. M. Abdallah a souligné l'importance de la poursuite des réformes en cours au sein du Secrétariat de la CEEAC. Il a conclu son intervention avec des recommandations et a invité l'OIF et ISS à présenter les conclusions de leur rencontre au Secrétariat de la CEEAC et d'en faire le suivi dans les mois à venir.

Le Directeur de l'Institut d'études sur la sécurité (ISS), Roba D. Sharamo, s'est inscrit dans le sillage du Représentant de l'OIF à Addis-Abeba, Boubacar Issa Abdourhamane, en réaffirmant également la disponibilité de son organisation à collaborer dans le suivi et l'accompagnement des réformes au niveau de la CEEAC.

Pour rappel, la CEEAC comprend 11 membres : 10 appartiennent à l'OIF (Burundi, Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée équatoriale, RD Congo, Rwanda, Sao-Tomé et Principe, Tchad) en plus de l'Angola. L'OIF entretient une étroite coopération dans plusieurs domaines depuis de nombreuses années et la Secrétaire générale de la Francophonie, Louise Mushikiwabo, a marqué sa volonté de continuer à renforcer celle-ci dans les domaines d'intérêt commun notamment la paix, la jeunesse et le développement économique et culturel. La Représentation de l'OIF à Addis-Abeba travaillera étroitement avec la Représentation de la CEEAC auprès de l'Union africaine et le Bureau régional de l'OIF pour l'Afrique centrale, basé à Libreville, pour renforcer cette collaboration entre les deux organisations, en coordination avec les États et les partenaires.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Confidentiel Afrique

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.