Sud-Soudan: L'envoyé de l'ONU appelle les rivaux à régler les questions en suspens

Le président du Soudan du Sud, Salva Kiir et le chef de l'opposition, le Riek Machar, se sont rencontrés le 11 septembre 2019 à Juba. Ce fut leur deuxième rencontre en face à face.
18 Septembre 2019

Quelques jours après le face-à-face tant attendu entre le Président du Soudan du Sud et l'un des principaux leaders de l'opposition à Juba, l'envoyé de l'ONU dans le pays a salué l'attitude « conciliante » des deux hommes, tout en insistant sur la nécessité de régler les questions en suspens, à deux mois de la fin de la période de pré-transition prévue par l'accord de paix de septembre 2018.

Un an et six jours après la signature de l'Accord revitalisé sur le règlement du conflit, les dirigeants politiques ont honoré certaines des attentes du pays, « mais très certainement pas l'ensemble », a signalé mercredi le Représentant spécial du Secrétaire général pour le Soudan du Sud, David Shearer, venu présenter au Conseil de sécurité le dernier rapport trimestriel sur la question.

M. Shearer a toutefois salué la rencontre, la semaine dernière, entre le Président Salva Kiir et le chef du Mouvement/Armée populaire de libération du Soudan dans l'opposition (M/APLS dans l'opposition), Riek Machar, dans la capitale sud-soudanaise. Cet évènement, a-t-il dit, leur a permis de discuter des aspects de l'Accord qui demeurent non résolus.

Au nombre d'entre eux, le Représentant spécial a mentionné l'unification des forces de sécurité. Selon lui, des divergences fondamentales persistent en effet entre l'opposition, qui envisage une refonte du secteur sécuritaire, et le gouvernement, qui souhaite intégrer les troupes de l'opposition aux forces armées existantes.

Quant aux divisions administratives du pays, M. Shearer a noté l'absence de consensus concernant le nombre d'États sud-soudanais et la délimitation des frontières. S'agissant de la formation d'un gouvernement transitoire d'union nationale, censée intervenir d'ici le 12 novembre, le Représentant spécial a également noté que la répartition des portefeuilles, prévue par l'Accord revitalisé, n'avait toujours pas eu lieu.

En matière sécuritaire, M. Shearer a salué le maintien du cessez-le-feu permanent dans la plupart du pays, où plus de 130 rapprochements ont été organisés au niveau local. Malgré la réduction des violences, les obstacles administratifs aux livraisons humanitaires demeurent encore trop fréquents, a-t-il toutefois déploré, mentionnant également que le gouvernement rend difficile l'accès de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) à certains civils ayant besoin de protection. De même, le retour des personnes déplacées se trouvant actuellement dans des sites de protection des civils se trouve freiné par l'insuffisance des services d'éducation et de santé, ainsi que par les préoccupations concernant le processus de paix.

Le processus de paix demeure donc précaire, mais des progrès ont été accomplis, a conclu M. Shearer, un avis partagé dans l'ensemble par les membres du Conseil, qui ont tous salué la rencontre entre MM. Kiir et Machar à Djouba.

Ce face-à-face « tant attendu » est un « un pas dans la bonne direction » qui permettra de « sortir de l'impasse politique » actuelle, s'est notamment félicitée l'Afrique du Sud.

Ce processus est toutefois « trop focalisé » sur le dialogue entre élites politiques, ont estimé les États-Unis, appelant à centrer les efforts de réconciliation sur les besoins de la population, en prenant des « mesures concrètes » pour garantir le retour en toute sécurité des personnes déplacées.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: UN News

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.