Burkina Faso: Neutralisation d'un chef milicien - Affaire définitivement réglée

C'est un trophée de choix que l'armée congolaise vient de brandir. Le porte-parole de l'institution militaire a en effet annoncé que, dans la nuit du 17 au 18 septembre 2019, une unité spéciale a « localisé et neutralisé de manière définitive » Sylvestre Mudacumura et quelques-uns de ses lieutenants.

Ce nom ne vous dit certainement pas grand-chose. Il s'agissait pourtant du principal chef militaire des miliciens hutus des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) qui sévissent depuis de nombreuses années dans la région du Nord-Kivu, aux confins du Rwanda, notamment dans le parc des Virunga où lui et ses hommes vivaient essentiellement de trafics de bois et de braconnage.

Autant dire qu'ils se payaient sur la bête, au propre comme au figuré. L'homme faisait même, depuis 2013, l'objet de poursuites de la CPI pour de présumés crimes contre l'humanité. Mais jusque-là, ce gibier de potence avait réussi à échapper aux limiers chargés de le pister.

Aujourd'hui la chasse est terminée. Et « de manière définitive », pour reprendre l'expression du général Léon Richard Kasongo, comme si le terme « neutralisé » n'était pas suffisamment clair dans le langage militaire.

Mais voilà qu'à peine le chef milicien a été éliminé qu'une polémique naît : les Forces armées de RDC ont-elles effectivement mené l'opération de bout en bout comme des grands ainsi que l'affirme le porte-parole de la Grande Muette, ou alors cette prise est-elle plutôt le fait d'une autre milice, celle du général Guidon, qui aurait piloté l'opération ?

Quoi qu'il en soit, c'est quelque part une œuvre de salubrité publique qui vient d'être accomplie en débarrassant cette partie de la RDC d'un de ses pires fléaux. Mais il faudra sans doute bien plus que la liquidation de Sylvestre Mudacumura pour ramener la paix et la sérénité dans cette partie orientale du Congo où sévissent encore les hordes sauvages issues de dizaines de groupes armés que Kinshasa peine depuis de longues années à neutraliser. Définitivement.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.