Burundi: L'ONU publie des détails sur le meurtre d'une activiste burundaise

Photo: HRW
Marie-Claudette Kwizera
communiqué de presse

De nouvelles informations reçues par la Commission d'enquête des Nations Unies sur le Burundi viennent corroborer ce que beaucoup suspectaient depuis longtemps : Marie-Claudette Kwizera, la trésorière du groupe burundais Ligue Iteka, a été prise pour cible en raison de son travail de défense des droits humains et a été assassinée.

Il y a près de quatre ans, Marie-Claudette, qui était très engagée dans la défense des droits humains et avait rejoint la Ligue Iteka alors qu'elle était étudiante à l'école secondaire, a été enlevée et emmenée à bord d'un véhicule considéré comme appartenant au Service national de renseignement (SNR). Le véhicule aux vitres teintées l'a emmenée vers une destination inconnue, laissant ses collègues et ses proches craindre le pire. La commission indique maintenant qu'elle a été conduite dans un bureau local du SNR avant d'être emmenée dans un autre endroit pour être exécutée.

Le meurtre de Marie-Claudette reste un avertissement pour ceux qui osent dénoncer les abus dans le pays. Pas plus tard qu'hier, la commission a confirmé qu'en 2018 et en 2019, les restrictions pesant sur les libertés civiles se sont aggravées, alors que « des journalistes et des défenseurs des droits de l'homme ont continué d'être arrêtés et détenus de manière arbitraire, mais également intimidés, harcelés ou soumis à des mauvais traitements, afin de les empêcher de mener à bien leurs activités légitimes».

Il n'est guère surprenant que les autorités burundaises aient omis d'ouvrir une enquête indépendante et approfondie sur sa mort. La Ligue Iteka dénonce publiquement les abus commis par les forces de sécurité et l'aile des jeunes du parti au pouvoir, les Imbonerakure.

Des enlèvements et des disparitions ont eu lieu bien trop souvent au Burundi à la fin de l'année 2015 et en 2016. Jean Bigirimana, journaliste à Iwacu, le dernier journal indépendant encore en activité au Burundi, était en déplacement pour un reportage en juillet 2016 lorsqu'il a disparu. D'après des informations non confirmées, des membres des services de renseignements burundais l'ont arrêté à Bugarama.

La commission constate qu'actuellement toute personne soupçonnée de ne pas soutenir le parti au pouvoir court un risque. Les familles vivent dans la peur que leurs proches soient enlevés une nuit par des membres du SNR ou par des Imbonerakure, et qu'ils ne reviennent jamais. Parfois, lorsque les autorités ou les Imbonerakure ne trouvent pas la personne qu'ils recherchent, ils emmènent des membres de sa famille à la place.

Mais les familles comme celle de Marie-Claudette ont droit à ce qu'une enquête exhaustive, indépendante et rapide soit ouverte par les autorités pour découvrir ce qu'il est arrivé à leurs proches. En attendant que cela arrive, le mandat de la Commission d'enquête devrait être prolongé pour poursuivre leur travail de documentation crucial.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: HRW

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.