Congo-Kinshasa: Coopération - La RDC et les diamantaires d'Anvers signent un protocole d'entente

Le président congolais a visité, le 18 septembre, l'Antwerp World Diamond Centre (AWDC), le quartier des diamantaires à Anvers, où il a conclu un accord de coopération avec cet organisme.

Le « memorandum of understanding », signé entre les deux parties, est axé sur l'échange d'informations et l'innovation technologique. Le programme déjà existant consiste à former à Anvers des fonctionnaires congolais en matière d'estimation de valeurs et de processus administratif. « Nous veillerons strictement sur la traçabilité du diamant afin d'écarter toute éventualité que ces ressources ne soient destinées aux groupes armés et autres mouvements terroristes », a déclaré Félix Tshisekedi dans son discours.

Pour le président congolais, la Commission mixte qui sera mise en place en vue de définir les conditions et les modalités d'application de ce protocole veillera à ce que la coopération entre son pays et la Belgique aboutisse à l'éclosion d'une classe moyenne d'opérateurs congolais ; la promotion d'une industrie diamantaire respectueuse des normes internationales d'approvisionnement responsable; la canalisation des flux des diamants vers la bourse des matières précieuses à créer en République démocratique du Congo (RDC) avec l'assistance de l'AWDC et le marché mondial ; le renforcement des capacités des Congolais par la création d'une école de gemmologie en RDC.

Le protocole d'entente ne se limite pas uniquement à la filière diamant, mais prévoit également son extension à d'autres filières minières non négligeables, à savoir l'or, la cassitérite, le cuivre et le cobalt. « Avec le nouveau régime, le président Tshisekedi veut mettre l'accent sur plus de transparence et de traçabilité des minéraux et Anvers est le partenaire idéal pour cela. Grâce à notre marché concurrentiel et à notre modèle commercial transparent, nous pouvons offrir une valeur ajoutée au Congo, à son secteur du diamant et à l'ambition du nouveau président », a déclaré Ari Epstein, président du conseil d'administration de l'AWDC.

A Anvers, Félix Tshisekedi a également visité le laboratoire de classement HRD et un centre d'appels d'offres où des diamants sont proposés à la vente. Le président congolais s'est rendu aussi au port d'Anvers, où a eu lieu la signature d'un protocole d'accord entre la société commerciale des transports et des ports et le port d'Anvers avec l'objectif de mettre en place une autorité portuaire dans son pays.

Attirer les investisseurs belges

Toujours dans le cadre de la coopération économique entre les deux pays, le 17 septembre, le président congolais a effectué une visite à la Fédération des entreprises de Belgique et pris part à un dîner offert par la Chambre de commerce, d'industrie et d'agriculture au cercle Gaulois, à Bruxelles.

Félix Tshisekedi, qui s'y est adressé à cent cinquante hommes d'affaires belges influents, les a invités à venir investir en RDC. Il leur a promis notamment la sécurité de leurs investissements et l'obtention de visas à l'arrivée. « Si je viens ici en premier avant tout autre pays d'Europe, c'est à cause de nos liens. La Belgique est une vitrine, une porte d'entrée pour faire un échange bilatéral avec l'Union européenne », a déclaré le chef de l'Etat congolais aux entrepreneurs belges, précisant que son souci principal est de sortir l'économie congolaise du tout aux minerais, en développant notamment l'agriculture.

« Le Congo d'aujourd'hui est un Congo nouveau. Nous attendons un accompagnement de la Belgique, ne craignez rien. Et si vous nous regardez faire, vous raterez des opportunités », a averti Félix Tshisekedi qui dit faire de la gouvernance une priorité. Pour ce faire, il a annoncé la création d'une agence de lutte contre la corruption, laissant entendre que plus de 80% des recettes échappent au Trésor public.

Parmi les autres priorités du président congolais présentées aux entrepreneurs belges, figurent les infrastructures, l'éducation, les soins de santé et la formation professionnelle, afin notamment de rendre disponible une main-d'œuvre de qualité dans son pays. Evoquant le défi énergétique, une autre priorité de son mandat, Félix Tshisekedi a annoncé le passage à la phase III du projet Inga, qui devrait porter la capacité de la RDC à 11000 MW.

Le chef de l'Etat congolais a, enfin, reçu un à un les chefs d'entreprises belges pour écouter leurs propositions.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.