Angola: Des experts en environnement échangent leurs expériences à Bié

Cuito — Des experts du ministère de l'Environnement des provinces de Bié, Cabinda, Huambo, Cuando Cubango, Cunene, Uíge et Luanda ont échangé, mercredi, dans la ville de Cuito, leurs expériences sur la préservation de la couche d'ozone.

Selon le directeur national des Technologies de la normalisation environnementale, António Matias, le ministère de l'Environnement a l'intention de parier sur la collecte de données concernant l'utilisation de substances appauvrissant la couche d'ozone, l'analyse des fluides et des réfrigérants dans les entreprises de réfrigération et de conditionnement d'air du secteur formel et informel, la mise en place de groupes de travail pour soutenir l'unité nationale de l'Ozone.

Afin de contrôler le mouvement des substances réglementées par le Protocole de Montréal, un groupe technique composé de techniciens en environnement, commerce, Administration générale des impôts (AGT), police fiscale et service d'enquête criminelle (SIC) et de Garde Frontières a été créé en 2018.

Le Protocole de Montréal, dont l'Angola est signataire, établit un calendrier d'élimination des frigorigènes appartenant à la famille des hydro-chlorofluorocarbures.

António Matias a dit que le secteur misait sur la sensibilisation et l'information de la société civile sur la Convention de Vienne et le Protocole de Montréal.

À son tour, José Fernando Tchatuvela, vice-gouverneur de Bié pour le secteur technique et les infrastructures, a réitéré la nécessité de redoubler d'efforts pour analyser les moyens de financement des pays en développement afin d'améliorer les conditions techniques de la suppression progressive des polluants atmosphériques.

Il est convaincu qu'en ratifiant la convention de Vienne et le protocole de Montréal, les institutions étatiques, privées et sociales sont invitées à collaborer à l'élimination des hydro-chlorofluorocarbures (HCFC) nuisibles à la couche d'ozone.

Les substances réglementées par le Protocole de Montréal sont constituées de composés carboniques tels que le méthane, l'éthane, le propane et le butane, qui appartiennent à la famille des gaz à effet de serre et contribuent au réchauffement de la planète.

Ils sont soumis à des importations, notamment d'hydro-chlorofluorocarbures-HCFC (date limite d'élimination de 2030), d'hydrofluorocarbures-HFC (date limite d'élimination de 2050), de mélanges et de matériel contenant des substances.

Le 15 juin 2011, le décret présidentiel 153/11 du 15 juin est entré en vigueur en Angola.

Il approuve le règlement fixant les règles applicables à la production, à l'exportation, à la réexportation, à l'importation de substances, d'équipements et d'appareils contenant substances appauvrissant la couche d'ozone.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.