Afrique: Le continent à la quête de réponses aux limites des opérations militaires

19 Septembre 2019

Proposer des réponses aux limites des opérations de Paix en Afrique dans un contexte de crise du multilatéralisme. C’est l’un des objectifs spécifiques du Forum international de Dakar sur la Paix et la Sécurité en Afrique dont le lancement de la 6ème édition s’est tenu le mardi 17 septembre à Dakar.

« Paix et Sécurité en Afrique : les défis actuels du multilatéralisme ». C’est le thème autour duquel la réflexion est convoquée, les 18 et 19 novembre prochain dans le cadre du 6ème Forum de Dakar sur Paix et Sécurité.

Les organisateurs veulent faire de ce forum un rendez-vous incontournable estimant que les cinq premières éditions ont permis d’évaluer les menaces, pour la paix, la stabilité, la sécurité et le développement durable en Afrique.

Le général Amadou Anta Gueye, Directeur du Centre des Hautes Études de Défense et de Sécurité (CHEDS), en charge du volet scientifique du Forum de Dakar, pense que dans le contexte actuel, le principal défi pour les pays africains reste la création d’une synergie entre les Etats pour le renforcement de la sécurité collective.

C’est ainsi que le Forum de cette année maintiendra le cap en allant au-delà de l’identification des mutations des enjeux sécuritaires actuels pour proposer des réponses adaptées et intégrées, pour la paix, la stabilité, la sécurité et le développement durable en Afrique.

Il s’agira plus particulièrement, selon le ministre des Affaires Étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur, M. Amadou Ba, de contribuer à repenser les mécanismes de sécurité collective et de prévention des conflits et de l’extrémisme violent sur le continent africain.

Pour lui, l’Afrique gagnerait à fédérer les efforts pour promouvoir la paix et la sécurité.

D’où la pertinence de la thématique choisie qui va permettre de traiter des nouvelles approches de la sécurité collective pour améliorer la contribution des populations à la stabilité et à la paix durables mais aussi proposer des réponses aux défis actuels de la sécurité dans le contexte de multilatéralisme.

Sur cette lancée, il sera également question de réviser la gouvernance des espaces et des ressources stratégiques pour la sécurité en Afrique.

Le document de présentation du forum renseigne que les 450 participants, acteurs régionaux et internationaux au plus haut niveau attendus à Dakar devraient parvenir à des consensus.

Au terme de cette rencontre, il est attendu des solutions proposées pour renforcer l’efficacité des mécanismes de sécurité collective et de prévention des conflits et de l’extrémisme violent.

A cela se greffent des réponses pour garantir un multilatéralisme fort, condition de succès des opérations de maintien de la paix.

Sans occulter la gouvernance, la précision des espaces et des ressources de façon à contribuer davantage à la sécurité et au développement.

Décideurs politiques, forces de défense et de sécurité, experts et universitaires, diplomates, représentants d’organisations internationales et société civiles doivent aider à proposer des approches pour améliorer le climat de confiance entre acteurs publics et privés, dans la gouvernance des ressources en Afrique.

Leurs propositions devront faire de sorte que le rôle des populations, en particulier les femmes et les jeunes soient pris en compte dans la restauration d’environnements propices au développement.

M. Amadou Ba précise que l’organisation de ce Forum de Dakar n’est pas un sommet des chefs d’Etats et de gouvernements mais un cadre d’échange des officiels et non officiels.

Il ajoute que pour cette année, un accent sera mis sur les défis de financement des opérations de paix, l’adaptation des mandats au contexte, les équipements des forces de défense et de sécurité ainsi que la problématique de l’articulation des actions entre l’organisation des Nations Unies et celles continentales ou sous régionales.

A son avis, face aux menaces que constituent le terrorisme et l’extrémisme violent en dépit des efforts déployés et les résultats obtenus, les acteurs doivent continuer le combat avec détermination.

D’où la vocation du forum de Dakar de maintenir une vigilance et une forte mobilisation par une réflexion partagée et des réponses communes aux menaces à la paix et à la sécurité.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Afrique

Plus de: allAfrica

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.