Cameroun: Grand dialogue national - Maurice Kamto et les militants du MRC entre condamnation et libération.

19 Septembre 2019

Les consultations ont commencé, dans le cadre du grand dialogue national convoqué par Paul Biya. Une délégation du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun a rencontré le premier ministre. Le parti exige la libération de son leader Maurice Kamto comme Préalable.

Faut-il prendre le président Paul Biya au mot ? Lors de son adresse à la Nation le 10 septembre 2019, il a posé la question lancinante. S'agissant du dialogue lui-même, la question s'est toujours posée de savoir, Avec qui ? Et donné une réponse qui sonne comme une boussole pour les travaux du grand dialogue national. Il aura donc vocation à réunir, sans exclusive, les filles et les fils de notre cher et beau pays, le Cameroun, autour de valeurs qui nous sont chères: la paix, la sécurité, la concorde nationale et le progrès.

Autour du premier ministre, les consultations ont commencé. Avec La « touche des partis politiques ». Une trentaine de représentants de formations politiques, ont été reçus hier par le Premier ministre, Joseph Dion Ngute en vue de faire leurs propositions dans la perspective des travaux qui s'ouvrent à la fin du mois, rapporte Cameroon Tribune.

Seulement, le cas de Maurice Kamto, leader du MRC en détention avec des militants du parti depuis le mois de janvier devient préoccupant. D'après le quotidien Le Messager « Maurice Kamto met Dion Ngute dos au mur ». Et pour cause, dans un mémorandum remis au Pm, le Mrc conditionne sa participation au rendez-vous du 29 septembre par la libération de son leader, ses alliés et ses militants.

Une condition qui, ajouté aux autres constitue une « Pluie de préalables chez Dion Ngute » comme écrit La Nouvelle Expression. De plus en plus, des organisations des significatives posent des conditions sans lesquelles, le Pm fera sans elles. Le Mrc exige en plus e la libération de Kamto et de ses camarades d'infortune, l'inscription au débat de la forme de l'Etat, du code électoral et de l'arbitrage des médiateurs neutres. Une vingtaine d'organisations membres du Front citoyen conditionne sa participation. Toutes choses qui font du grand dialogue annoncé un cocktail Molotov qui indigne la « Génération 90 ». Et si tout était déjà à l'avance ?

Paul Ayah Abine quant à lui s'est insurgé « Le dialogue national annoncé par Paul Biya est un non évènement ». L'ex-haut magistrat et homme politique décortique l'initiative présidentielle dans le journal Emergence. Seulement, les différentes consultations entamées par le premier ministre augurent elles un dialogue serein ? Le journal Réalités Plus sonne comme une mise en garde « Grand dialogue national, Paul Biya a tout dit, halte aux manipulateurs » C'est le PM qui coordonnera les travaux le président Paul Biya a énoncé le menu, tous autour de Dion Ngute et dialoguons au lieu de créer des polémiques inutiles.

Seulement et pour la Nouvelle Expression, « Biya et l'arrêt des poursuites ». Des gestes d'apaisement restent attendus du président de la République depuis qu'il a annoncé la tenue d'un grand dialogue national, indique La Nouvelle Expression.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.