Congo-Kinshasa: Bravoure

19 Septembre 2019

L'insécurité récurrente qui sévit dans la partie orientale de la République démocratique du Congo a causé et cause encore de nombreux dégâts matériels et humains. Œuvre des forces négatives nationales et étrangères actives au Kivu, cette insécurité est également à la base du mouvement des milliers de personnes déplacées.

Parmi les rebelles étrangers qui ont endeuillé l'Est du pays, figure ceux estampillés « Forces démocratiques pour la libération du Rwanda » (FDLR). Pas plus tard qu'il y a deux jours, cette branche armée a enregistré un coup très dur.

Il s'agit du décès de l'un de ses responsables militaires, en la personne de Sylvestre Mudacumura. Ce dernier est tombé dans les filets des troupes gouvernementales. C'était dans la nuit du mardi 17 au mercredi 18 septembre 2019.

Depuis des années, ce chef milicien était sous le coup d'un mandat de la Cour pénale internationale (CPI). Mais, le destin en a décidé autrement. Pour l'avoir neutralisé, les militaires des FARDC méritent un coup de chapeau.

Grâce à sa bravoure, l'armée régulière vient de mettre hors d'état de nuire un élément nuisible pour les populations civiles de l'Est du pays. Le sort que ce rebelle hutu rwandais vient de subir doit interpeller les autres rebelles qui continuent de semer la panique sur le sol congolais.

Et pourtant, il leur est demandé de déposer les armes et retourner en toute quiétude dans leur pays d'origine. Agir autrement, c'est s'exposer à la traque lancée par les FARDC.

Une traque qui vise à neutraliser toutes les forces négatives opérant dans la partie orientale du pays. Bien plus, l'état-major des FARDC vient d'installer son quartier général au Nord-Kivu. Cette décision vaut un signal fort lancé en direction des hors-la-loi appelés à se rendre auprès des autorités congolaises ou celles de la Monusco. Sinon, ils trouveront les troupes loyalistes sur leur chemin.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.