Maroc: Mouna Fettou - Nous avons besoin d'une véritable industrie cinématographique

19 Septembre 2019

Le cinéma marocain a besoin d'une véritable industrie cinématographique, a indiqué, mardi à Salé, l'actrice marocaine Mouna Fettou. Lors d'une conférence de presse tenue en marge de la 13ème édition du Festival international du film de femmes (FIFFS), Mme Fettou a souligné que le cinéma marocain est toujours en quête d'une véritable industrie, rappelant que seule la diffusion d'une culture cinématographique aux ramifications multiples permettra l'essor de cette industrie.

Mouna Fettou, invitée d'honneur de cette édition, a également exprimé sa fierté à l'égard de cet hommage rendu à sa personne, y voyant une reconnaissance et une incitation à la responsabilisation de l'artiste pour hisser le niveau de la production cinématographique au Royaume et «une étape cruciale dans sa carrière pour être au fait de cette lourde responsabilité».

Ainsi, l'héroïne du film, "A la recherche du mari de ma femme", chef-d'œuvre du cinéma marocain, ayant côtoyé d'éminents réalisateurs marocains et étrangers et remporté de nombreux prix dans différents festivals, a avoué espérer jouer davantage de rôles porteurs de message, relevant, toutefois, qu'elle essaie de diversifier ses personnages afin d'éviter de sombrer dans des rôles purement typiques.

Pour ce qui est de ses nouvelles, Mme Fettou a assuré qu'elle travaille, désormais, sur un nouveau projet de film avec le réalisateur Faouzi Bensaid, émettant son souhait de se présenter sur la scène cinémato- graphique marocaine sous de nouvelles couleurs "en interprétant des rôles et personnages au niveau des aspirations de mon public".

Pour sa part, la costumière et styliste sénégalaise, Oumou Sy, également invitée d'honneur de cette édition, a souligné sa volonté permanente de vouloir réunir dans ses travaux la culture et les caractéristiques africaines à chaque fois en y introduisant de nombreux détails et composantes de la vie africaine, sans pour autant perdre de vue ses origines, soulignant qu'elle s'inspire des coutumes, de l'imagination et des terres du continent africain.

La créatrice, qui a laissé une empreinte dans le domaine du cinéma et du théâtre en Afrique et qui emboîte le pas aux grands créateurs internationaux, a précisé avoir rencontré plusieurs difficultés dans son enfance, notamment en raison de son décrochage scolaire, lequel a constitué un défi de taille pour elle, pour baliser le chemin à la lutte contre l'analphabétisme et ouvrir ainsi la voie à l'apprentissage et à la formation personnelle dans la couture et la mode.

De son côté, l'écrivaine Aïcha El Basri, auteure du livre "Al Hayat min douni" (La vie sans moi), qui traite du phénomène du viol pendant les conflits, a souligné que son livre retrace bien l'histoire triste des femmes violées pendant les guerres et conflits, ajoutant qu'il s'agit d'une histoire du passé qui condamne la violence à l'égard des femmes et qui appelle en même temps à la protection effective des femmes dans les zones d'hostilités.

Elle a souligné que son expérience poétique et narrative exprime son inquiétude face au statut juridique des femmes dans la société, soulignant que ce roman traite d'une thématique inédite, "et peut-être d'un angle tout nouveau, ce dernier appréhende le viol comme l'un des aspects peu visibles dans les conflits armés voire inconnus ou négligés par les écrivains en raison de la difficulté des femmes violées à révéler la vérité de leur souffrance.

Il est enfin à rappeler que l'événement fort de cette édition se manifeste dans les efforts du Festival international du film de femmes pour s'ouvrir sur son environnement intellectuel culturel.

Ce dernier a adhéré au plan d'action initié par l'UNESCO pour l'égalité des femmes, la parité entre femme et homme et le soutien de la liberté d'expérience et la diversité des expériences culturelles, dans tous les pays de la région MENA, y compris les pays arabes concernés.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.