Sénégal: Divergences sur le mode d'élection des adjoints au maire et des vice-présidents de conseils départementaux - Ababacar Fall du Gradec propose une solution mediane

19 Septembre 2019

Le Secrétaire général du Groupe de recherche et d'appui conseil pour la démocratie participative et la bonne gouvernance (Gradec) propose une solution médiane aux acteurs politiques engagés dans les concertations autour du processus électoral.

Interpellé par Sud Quotidien hier, mercredi 18 septembre, sur l'absence de consensus des politiques sur le mode d'élection des adjoints aux maires et vice-présidents de Conseils départementaux, Ababacar Fall coupe la poire en deux.

«Concernant le mode d'élection des maires et présidents de Conseils départementaux, beaucoup d'acteurs de la scène politique ou de simples observateurs ont salué le consensus qui s'est dégagé pour l'élection au suffrage universel directe de l'organe exécutif de ces collectivités.

Cependant force est de constater qu'à la lumière des dernières positions exprimées par les différents pôles politiques présents aux dialogues, des divergences profondes persistent sur le mode d'élection des adjoints aux maires ou vice-présidents de Conseil départementaux.

Dans un avis que j'avais émis sur la question dans le journal Sud Quotidien du 09 août dernier, je disais ceci: "autant la question est importante, autant elle mérite d'être étudiée à fond du point de vue des conséquences qu'elle pourrait entraîner en cas de vacances du poste de maire ou de président de conseil départemental".

Aujourd'hui, la pomme de discorde entre les acteurs politiques tourne autour de cette question. Si les pôles de la majorité et de l'opposition optent pour le maintien du statut quo; c'est à dire le maintien du mode d'élection des adjoints en l'état, le pôle des non-alignés, pour sa part, veut que l'élection des adjoints se fasse au suffrage universel directe, comme pour le maire.

La question n'est pas aussi simple qu'on le pense, toute proposition qui serait retenue pourrait avoir des conséquences dans le fonctionnement de l'exécutif; donc il faudrait avoir une lecture combinée du Code électoral et du Code générale des collectivités locales et impliquer dans la réflexion des spécialistes de la décentralisation qui ne manquent pas dans ce pays car, lorsque le maire tient sa légitimité des populations et non du Conseil municipal, une redéfinition des attributs du maire ou du président du Conseil départemental et de ses relations avec le conseil devra s'imposer.

Pour ma part, une proposition médiane qui concilie les deux positions des pôles politiques pourrait, comme je l'ai déjà suggéré dans mon avis du 09 août dernier, consister à: 1 - élire le maire et son premier adjoint dans le cadre d'un binôme (le maire et son colistier); le colistier étant le premier titulaire sur la liste proportionnelle devenant de facto le 1er adjoint, qui supplée le maire en cas de vacance définitive; 2 - élire les autres adjoints au niveau du Conseil municipal ou départemental par le suffrage indirecte, étant entendu que la probabilité d'une vacance du maire et de son premier adjoint élu au suffrage direct, même si elle n'est pas à exclure, demeure quand même très faible.

Cette proposition pourrait constituer une base de travail qui peut être améliorée de manière à trouver un consensus acceptable par les différents pôles».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.