Sénégal: Naufrage du bateau Le Joola, 17 ans après - Les orphelins des victimes reclament toujours justice

19 Septembre 2019

17 ans après que le bateau Le Joola a coulé dans l'océan Atlantique, entre la Gambie et Sénégal, les familles des victimes réclament toujours justice. En prélude de l'anniversaire de ce naufrage, qui sera commémoré le 26 septembre prochain, les familles victimes et orphelins ont fait face à la presse hier, mercredi 18 septembre, pour exiger du gouvernement de Macky Sall de faire jaillir la lumière sur cet accident qui a coûté la vie à 863 personnes. L'accent est mis cet année sur les conditions de vie des victimes du naufrage avec comme thème: «Les orphelins du Joola, quel avenir ?»

«Le gouvernement du Sénégal est entièrement responsable du naufrage du bateau Le Joola. Par conséquent, il doit prendre en charge tous les besoins des familles de victimes. Le président Abdoulaye Wade s'était engagé à le faire. C'est dans ce cadre qu'il faut comprendre la prise en charge des orphelins du Joola. Beaucoup d'entre nous mènent un dur combat pour simplement continuer à vivre normalement». Ce témoignage de Samsidine Aïdara, membre du Comité d'initiative pour l'érection d'un Mémorial musée Le Joola, lors de la conférence de presse dudit comité hier, mercredi 18 septembre, en dit long sur la difficile vie des familles et orphelins naufrage du Joola, 17 ans après ce drame qui a emporté 863, selon le chiffre officiel.

Toujours selon lui, cette sortie face à la presse est assimilée à une «plaidoirie pour le maintien des orphelins comme pupilles de la nation. Il ne s'agit pas d'avoir pitié des orphelins, mais ils ont besoin d'un soutien légitime de l'Etat, 17 ans après le naufrage». Mieux, ajoute Samsidine Aïdara, «la plupart d'entre eux ont besoin d'un soutien soit pour la poursuite de leurs études supérieures, soit pour leur insertion professionnelle. Pire, la plupart des orphelins éprouvent un sentiment d'abandon». Concernant la léthargie du dossier du Joola depuis quelque année classé sans suite par la justice Français, Samsidine Aïdara et Cie ne comptent pas baisser les bras. Au contraire, ils comptent poursuivre ce combat pour faire éclater la lumière. Et Samsidine Aïdara d'informer que des actions sont en cours ailleurs: «il y a bien même la question de la justice. Tout le monde a suivi comment ça s'est passer au Sénégal, mais nous ne cessons de réclamer justice. Il y a aussi des actions en cours ailleurs, notamment en France. Nous nous apprêtons à saisir la Cour européenne, nos avocats sont à pied d'œuvre. Dans tous les cas, nous n'abandons pas le combat».

En plus du dossier des orphelins brandi par le comité d'initiative pour l'Erection d'un Mémorial de musée Le Joola, dans la foulée ce même comité interpelle l'Etat du Sénégal pour des actions concrètes allant dans le sens de la satisfaction des doléances. Il s'agit, entre autres, de faire du 26 septembre une «Journée nationale du souvenir», ériger sur la corniche, à la Place du Souvenir, un Mémorial comprenant un musée, rendre justice. Toutefois, le comité exige la tenue du procès du bateau Le Joola et que toutes les responsabilités soient suitées et les coupables sanctionnées.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.