Congo-Kinshasa: Bruxelles ouvre les portes de l'Europe à Félix Tshisekedi, et après...

20 Septembre 2019

Avant de quitter Bruxelles pour New-York (États-Unis) où il prend part à la 74ème assemblée générale des Nations unies, le chef de l'État Félix Tshisekedi s'est entretenu avec le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

À Bruxelles, qui fait également office de capitale de l'Union européenne, Fatshi a fait d'une pierre deux coups. Les portes de la Belgique et de l'UE lui ont été ouvertes. C'est à lui maintenant de capitaliser cette main tendue pour asseoir une nouvelle forme de coopération, plus dynamique et mutuellement avantageuse. La communauté internationale va scruter de plus près tous ses faits et gestes.

Le président de la République, Félix Tshisekedi, vient de boucler sa visite de travail en Belgique. Pour le moment, l'heure est au bilan.

Dans la capitale belge, le chef de l'État a pu mesurer son degré de popularité, non seulement auprès des officiels belges qui lui ont déroulé le tapis rouge, mais aussi de la diaspora congolaise, venue de quatre coins de l'Europe pour communier avec celui qui incarne, depuis le 24 janvier 2019, l'alternance démocratique en RDC.

Comme l'empereur romain Jules César, Félix Tshisekedi peut crier : « Veni, vidi, vici (Je suis venu, j'ai vu, j'ai vaincu).

À Bruxelles, Félix Tshisekedi est venu renouer le dialogue avec Bruxelles pour répartir sur de nouvelles bases, et ce, après les tensions de ces dernières années. Bruxelles s'est montré attentif à son appel, lui promettant son soutien, sous certaines conditions.

Félix Tshisekedi a également vu les grandes attentes de son peuple, représenté par la grande diaspora qu'il a rencontrée, mercredi soir, au Palais de Heysel. Il a certainement vaincu, car Bruxelles n'avait jamais réservé un accueil aussi chaleureux à un président de la RDC. Bruxelles a adopté Félix Tshisekedi. Il ne pouvait pas en être autrement. La page de la visite de Bruxelles est donc tournée. C'est le temps de se projeter désormais vers l'avenir.

Que retenir?

Dans le fond, il faut reconnaitre que Félix Tshisekedi a marqué des points. Il a réussi à faire bouger les lignes jusqu'à amener les autorités belges à ouvrir leur cœur. Dans ce qui sert aussi de capitale européenne, Félix Tshisekedi a tendu sa main à la Commission européenne où il est allé à la rencontre de Jean-Claude Juncker.

On se rappelle encore du bras de fer que Kinshasa a engagé avec l'Union européenne, à quelques jours des élections du 30 décembre 2018.

Le bras de fer a été tel que Kinshasa est passé à la vitesse supérieure, en expulsant le 27 décembre, à trois jours des élections, l'ambassadeur de l'Union européenne en RDC, Bart Ouvry. Depuis lors, les relations entre la RDC et l'UE ont connu un plongeon.

À Bruxelles, Félix Tshisekedi a profité de l'occasion pour panser les plaies de 2018 et rouvrir une nouvelle page avec l'UE. L'Union européenne a promis de prendre en compte la main tendue du président de la République, se réservant d'annoncer quoi que ce soit.

Une nouvelle page s'ouvre

Dans les relations entre Bruxelles et Kinshasa, une nouvelle page s'est ouverte. Après plusieurs années de rupture de coopération commerciale, la RDC et la Belgique viennent de renouer avec la signature du mémorandum de partenariat entre l'Antwerp World Diamond Center (AWDC) et le Centre d'expertise, d'évaluation et de certification des substances minérales précieuses semi précieuses de la RDC (CEEC). Ainsi, le diamant congolais sera retracé afin que sa commercialisation à Anvers profite à la population, se félicite-t-on à la présidence de la République.

Toujours à Anvers, le chef de l'État a assisté à la signature d'un autre mémorandum de coopération entre le port de Matadi et celui d'Anvers. Premier port en Belgique et deuxième en Europe, Anvers est un hub mondial important qui va partager son expertise avec le port de Matadi.

Évidemment, la Belgique et l'Union européenne espèrent voir Félix Tshisekedi poser des actes qui rassurent. Sur papier, le chef de l'État a déjà leur soutien. La suite dépendra de son attitude. Autrement dit, la balle est dans le camp de Félix Tshisekedi. C'est à lui de rassurer l'Europe pour qu'elle reprenne avec sérénité le chemin de Kinshasa.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.