Afrique de l'Ouest: Protection de l'enfance - La CEDEAO exige plus d'attention à l'endroit des enfants

20 Septembre 2019

La Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) a organisé avant-hier, mercredi 18 septembre un atelier de deux jours au bureau régional de Dakar de l'UNICEF pour réfléchir sur les voies et moyens de renforcer la protection de l'enfant. Occasion pour les directeurs de la protection de l'enfant des Etats membres de lister plusieurs recommandations.

«Répondre aux violences et à l'exploitation faites aux enfants» et de leur «assurer une meilleure condition de vie pour un avenir radieux» est le principal souci du département des Affaires sociales de la Communauté économiques des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), souligne d'emblée Mme Alessio Bassa, chargée de programme de ce département.

Elle s'exprimait à la suite d'une réunion tenue avant-hier, mercredi 18 septembre, au bureau régional de Dakar.

Selon elle, cet atelier de deux jours leur a permis de réfléchir sur les mécanismes aboutissant à la lutte contre la vulnérabilité des enfants, surtout ceux issus des familles démunies.

«L'essentielle est que cet important atelier a permis d'abord d'identifier les problématiques liées à la mendicité des enfants, la mariage précoce, le travail des enfants, l'enregistrement des naissances, qui gangrènent la protection des enfants dans l'espace de la CEDEAO», informe Mme Bassa.

En ce sens, précise-t-elle, «nous sommes tombés d'accord sur 10 recommandations» parmi lesquelles: «la création d'un cadre de la protection de l'enfant proposé par la politique de la CEDEAO, le renforcement de la participation effective de l'enfant et de sa capitalisation, plaidoyer dans le sens de l'atteinte des 300% du budget alloué à la protection de l'enfant, etc.»

Venu également prendre part à cette rencontre, M. Aimé Bada, représentant du Groupe de travail régional sur la protection de l'enfant (GRPE) se félicite de ces importantes recommandations et appelle les Etats membres à faire plus pour permettre aux enfants de vivre sans aucune violence.

«Vous êtes en train de faire le nécessaire pour que toutes les formes de violences disparaissent dans notre continent, particulièrement dans l'espace de la CEDEAO», soutient-t-il soutenu.

Toutefois le représentant du GRPE n'a pas manqué d'interpeller les autorités sur les résultats concrets attendus. «J'aimerai lancer un message à l'endroit de nos autorités, au plus haut niveau: vous faites beaucoup, mais nous ne le sentons pas», dit -il en parlant au nom des enfants.

A noter que l'atelier a vu la participation des 15 Etats membres qui sont représentés chacun par un directeur de la protection de l'enfant, sans compter les organisations internationales qui œuvrent et participent à la protection de l'enfant, comme UNICEF, Plan International, Service social international, entre autres.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.