Sénégal: Phase III du PAISD - 9 milliards F CFA pour accompagner 150 entrepreneurs de la diaspora

20 Septembre 2019

Un atelier sur la formulation d'une offre de service adaptée aux entrepreneurs de la diaspora a été organisé par l'Adepme dans le cadre des activités de la troisième phase du programme d'appui aux initiatives de solidarité pour le développement (PAISD).

Grâce à ce programme d'un coût global de plus de 9 milliards de francs CFA, cofinancé par l'agence française de développement, l'Union Européenne et l'Etat du Sénégal, 150 entrepreneurs de la diaspora sénégalaise seront accompagnés dans la réalisation de leurs projets à travers l'accès aux financements.

150 entrepreneurs de la diaspora sénégalaise seront accompagnés dans la réalisation de leurs projets à travers l'accès aux financements.

Ceci grâce à la troisième phase du programme d'appui aux initiatives de solidarité pour le développement (Paisd) dont l'Adepme est chargée de la mise en œuvre des composantes 2 et 3. Ce projet a été mis en place par l'AFD et l'Union Européenne dans quatre pays notamment la France, l'Italie et l'Espagne.

Ce programme d'un coût global de plus 9 milliards de francs Cfa (14 millions d'euros) est cofinancé par l'Agence française de développement, l'Union Européenne et l'Etat du Sénégal. (2 millions d'euros pour l'Afd, 10 millions d'euros pour l'union européenne et 2 millions d'euros pour l'Etat sénégalais».

«Sur les quatre ans que dure le projet, 150 entrepreneurs seront accompagnés dans la concrétisation de leurs projets. On veut accompagner des acteurs qui pourront bénéficier des financements et que leurs projets soient viables.

On sait que dans le domaine de l'entreprenariat la difficulté, c'est de pouvoir poursuivre son projet.

Pour nous, tout l'enjeu c'est d'arriver à bien se donner les éléments pour être en lien avec les partenaires dans les pays d'accueil de nos compatriotes à travers la cellule relais et les collectivités territoriales», a fait savoir le directeur général de l'Adepme Idrissa Diabira hier, jeudi 19 septembre lors de l'atelier de formulation d'une offre de service adaptée aux entrepreneurs de la diaspora.

Olivier Kaba responsable équipe projet migration à l'Agence française de développement à Paris a souligné la nécessité d'accompagner les migrants sur leurs faiblesses car dit-il, «il y a énormément d'initiatives de la diaspora qui ne sont pas accompagnées par les institutions». «Ce sont des gens qui, depuis qu'ils sont partis, investissent dans leur pays de manière autonome.

Généralement, les meilleurs entrepreneurs de la diaspora n'ont pas besoin des dispositifs publics. Mais, parmi eux, certains peuvent avoir des faiblesses dans la connaissance du marché dans lequel ils veulent évoluer ou dans la connaissance de l'environnement des affaires au Sénégal. Donc, le rôle de l'Adepme est d'identifier ces points de faiblesses », a-t-il soutenu.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.