Sénégal: Rentrée scolaire 2019/2020 - Les acteurs fixent les règles du jeu

20 Septembre 2019

Sous le signe : «une amélioration de la gouvernance et un partenariat efficace au service des performances scolaires», le séminaire sur la rentrée scolaire 2019-2020 a été clôturé hier, jeudi 19 septembre, à Saly.

La feuille de route livrée par les acteurs, dégage trois résultantes : l'apaisement du climat social, le renforcement de l'efficacité et l'efficience du système éducation et enfin l'accès à tous une éducation de base de qualité.

Une feuille de route pour relever les principaux défis de l'école sénégalaise. Lors de la prochaine rentrée scolaire prévue le 1er octobre pour le personnel enseignant et le 3 pour les élèves, comme lors les précédentes, les acteurs ont dégagé plusieurs actions, après quatre jours de réflexion et de partage autour des thématiques suivantes : l'apaisement du climat social, la qualité des enseignements apprentissages et l'accès d'une éducation de qualité à tous.

Ainsi, en actes concrets pour la promotion du climat social apaisé dans l'espace scolaire, il s'agit pour les participants, d'accélérer les procédures de traitement des dossiers, de respecter les échéances de paiement des salaires et de parachever la réforme des Centres régionaux de formation du personnel enseignant (Crfpe).

Dans le même sillage, il est question d'élaborer un manuel de procédures du mouvement national, tout comme le gouvernement est invité à assurer le suivi des points du protocole d'accords du 30 avril 2018.

Pour la deuxième priorité, notamment le renforcement de l'efficacité et l'efficience du système éducation, les participants ont retenu des actions parmi lesquelles l'élaboration d'un document national de référence pour tous les types et niveaux d'évaluation et une harmonisation les calendriers des compositions à l'échelle académique.

Non sans relever la nécessité de renforcer les capacités des enseignants, à l'aune de la promotion d'une éducation de qualité.

Enfin, les acteurs préconisent un renforcement de capacité en évaluation et en remédiation, le renforcement des directeurs et chefs d'établissement en pilotage pédagogique et la systématisation les évaluations standardisées.

Pour la promotion du volet équité, le ministère est invité à mettre à disposition, à temps et en nombre, les enseignants sortants aux inspections, pour un accès à tous à une éducation de base de qualité.

VALIDATION DU REGLEMENT INTERIEUR PAR LES IA

La validation des règlements intérieurs des établissements est la charpente de la dernière priorité relative à une éducation aux valeurs.

Sans faire référence à la polémique sur l'interdiction du port du voile à l'institution Sainte Jeanne d'Arc de Dakar (ISJA), les acteurs ont l'idée d'un règlement intérieur consensuel pour le respect des symboles, la tenue de la République et la préservation des biens publics.

A l'application, il s'agira de faire valider le règlement intérieur par l'inspecteur d'académie et l'inspecteur d'éducation et de la formation selon le cas, et faire le suivi de son application, fait savoir le ministre.

Selon les participants, l'Objectif est de : systématiser la levée des couleurs et l'enseignement correct de l'hymne nationale ainsi que les symboles de la République ; instaurer la mise en rang systématique avant d'entrer en classes ; veiller à l'assiduité et à la ponctualité.

FEUILLE DE ROUTE DISPONIBLE AVANT LA RENTREE

Sous le thème : «une amélioration de la gouvernance et un partenariat efficace au service des performances scolaires», le séminaire de rentrée des classes 2019/2020 a permis, selon le ministre de l'Education, Mamadou Talla, de restaurer la confiance et le climat social apaisé entre les acteurs au niveau central et déconcentré pour une école stable, viable et de qualité pour tous. Des solutions consensuelles, pertinentes et durables, ajoute-t-il, ont été retenues.

Ainsi, les travaux devront se poursuivre pour stabiliser les actions prévues durant l'année. En effet, une équipe restreinte composée de l'administration, les représentants des syndicats d'enseignants, la société civile, se réunira les 25, 26 et 27 pour procéder au polissage du document élaboré.

«Avant le 1er octobre, la feuille de route doit être disponible dans les circonscriptions d'académie», laisse entendre le directeur des Ressources humaines du ministère, Ibou Ndiathe, à la lecture de la feuille de route provisoire.

MAMADOU TALLA, MINISTRE DE L'EDUCATION NATIONALE : «C'est ensemble que nous allons régler les problèmes»

Le ministre de l'Education nationale, Mamadou Talla, va aborder sa première rentrée des classes, en promettant, entre autres, une démarche inclusive et participative pour faire face aux défis du secteur.

«L'objectif était de permettre à tous acteurs d'un dialogue pluriel du niveau de réalisation. Pour ce faire, vous avez discuté, amendé les propositions relatives à l'apaisement du climat scolaire, à l'amélioration de la qualité des enseignements apprentissages et l'équité. L'esprit de consensus est à magnifier.

Les recommandations du séminaire serviront à mettre en place un dispositif global de motivation des personnels, notamment des enseignants. Elles doivent permettre d'attirer vers la profession, de leur fournir une formation de qualité et de les retenir à travers une amélioration des conditions de travail.

Le ministère accordera une attention particulière aux conclusions dont celle relative à l'apaisement du climat social. Avec votre concours, je m'engage à mettre en œuvre les engagements relevant du département et en portant le plaidoyer pour les autres questions.

L'atteinte des objectifs requiert de notre une révision des méthodes et stratégies d'actions pour une plus grande ouverture vers le consensus.

C'est à ce prix que la gouvernance de notre école deviendra plus participative et transparente pour la réussite des apprenants. Pour ce faire, j'attache une importance à la feuille de route.

Nous avons adopté cette feuille de route. Nous sommes arrivés à un consensus sur plusieurs points. Si le climat social n'est pas apaisé, on passera tout notre temps à trouver des solutions au lieu de donner des cours.

L'enseignant est à l'aise quand il est à l'école, pas pour négocier. Des problèmes existeront. Nous allons y faire face. C'est ensemble que nous allons régler les problèmes».

MAMADOU TALLA SUR L'INTERDICTION DU VOILE L'ANNEE PROCHAINE : «Vous me l'apprenez !»

A l'occasion de la cérémonie de clôture du séminaire de rentrée des classes 2019/2020, le ministre de l'Education nationale s'est réjoui du dénuement heureux de la polémique relative à l'interdiction du port de voile à l'Institution Sainte Jeanne d'Arc de Dakar (ISJA). «On peut dire que le dossier est clos», soupire-t-il devant les inspecteurs, syndicats et autres acteurs de la société civile.

A la question relative à une éventuelle volonté de l'ISJA d'interdire le voile dans son établissement l'année prochaine, Mamadou Talla marque son étonnement.

«Vous me l'apprenez ! », répond-t-il aux journalistes présents sur les lieux. Non sans préciser que l'objectif d'apaisement du climat a été atteint, loin, ditil, d'une solution administrative.

«Notre objectif était que les 22 élèves comme tous les autres élèves, puissent rejoindre les classes», ajoute-t-il. Et si la direction de l'ISJA interdisait encore le port du voile ?

Mamadou Talla renvoie sa réponse en 2020 en indiquant : «l'année scolaire est annuelle. On s'inscrit pour une année scolaire. Les élèves vont s'inscrire de toutes les écoles du Sénégal l'année prochaine. En ce moment, on verra ?»

PRESERVER CETTE UNITE NATIONALE

Devant les acteurs de la communauté éducative, Mamadou Talla a fait savoir que «l'affaire ISJA est une question très complexe qui nous fait penser à la cohésion sociale, la stabilité du pays.

A l'instant où l'on parle (hier matin, Ndlr) toutes les élèves concernées sont en classes, en considérant que nous avons préservé cette unité nationale. Nous avons réussi cette cohésion. Je salue de tous les acteurs».

UN REGLEMENT INTERIEUR VALIDE PAR LES INSPECTIONS

Relevant que cette polémique constitue un précédent dangereux pour le vivre ensemble dans les établissements, Mamadou Talla annonce que son département est en train de «sortir un canevas pour l'ensemble des écoles privées par rapport au règlement intérieur.» Selon lui, «ce qui passera par toutes les étapes de validation.

Il y a un canevas. Une ébauche que des organes doivent d'abord partager. L'inspection d'académie aura son dernier mot.

Hier (Avant-hier, Ndlr), vous avez entendu parler d'un document sorti. Nos accords sont respectés. On peut dire que le dossier est clos. L'inspectrice d'académie était là-bas. Elle a assisté toutes les élèves et leur famille».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.