Sénégal: Commune de Nabadji Civol - Marche devant le domicile du chef de l'état pour protester contre l'OFOR

20 Septembre 2019

Sur l'initiative d'un collectif qui regroupe plusieurs contestataires, des groupes de manifestants vêtus de rouge, se sont alignés, hier, dans l'après midi, en longues files, sur la principale avenue qui dessert les deux localités (Ndouloudji Dembé et Founébé), avant de constituer une immense foule humaine.

Pour l'occasion, c'est bien la maison du Chef de l'Etat qui a servi de lieu de chute aux nombreux manifestants de Ndouloumadji Dembé et Founébé qui criaient leur désapprobation devant une éventuelle gestion du forage qui alimente les deux localités par l'Office des forages ruraux (OFOR).

Histoire de «dire non» comme ils l'ont déclaré «à la réforme du financement et de la gestion des forages ruraux où il sera question de déléguer la maintenance des forages ruraux et la production d'eau à des opérateurs privés, à travers des contrats d'affermage ou de concession».

Pour Dembéle Sall, le porte- parole du jour, «cette action ne pourrait proliférer aux regards des nombreux acquis recueillis avec la gérance de l'ASUFOR».

«Nous avons financé sur fonds propres la mise en place des compteurs pour une meilleure rationalisation de la consommation. Aujourd'hui, nous disposons aussi d'un réseau dense qui va au-delà des habitations avec des prix les moins chers du pays qui se situent seulement à 150 francs».

En plus, poursuit il «les deux villages déroulent un système de gestion socialement supportable car économiquement accessible qui intègre la solidarité vis-à-vis des moins nantis. L'accès à l'eau est aussi gratuit pour les écoles, les mosquées, les structures de santé et les cimetières».

En plus de l'entretien correct du forage et de la motivation des employés, le porte -parole des manifestants, informe «qu'un fonds de sécurité et d'investissement est mis en place pour parer à d'éventuelles pannes et participer à l'entretien des édifices publics »...

Autant d'acquis, explique-t-il, qui font que «les populations s'opposent à céder la gestion à des inconnus».

Affirmant à cet effet, que «le forage des deux localités ne sera jamais un objet mercantile dont le prix de l'eau sera fixé dans des bureaux climatisés et salons feutrés loin des réalités du coin».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.