Cameroun: Mincom - On parle régulation

René Emmanuel Sadi a reçu jeudi, 19 septembre 2019 en audience le secrétaire exécutif du Réseau des instances africaines de régulation de la communication, Rémi Prosper Moretti.

C'est une première pour la nouvelle équipe managériale du Réseau des instances africaines de régulation de la communication (Riarc). Rémi Prosper Moretti, secrétaire exécutif du Riarc, a été reçu en audience hier par le ministre de la Communication, René Emmanuel Sadi. Le secrétaire exécutif du Riarc vient effectuer une prise de contact officielle avec le président du Conseil national de la communication (CNC), Peter Essoka, président en exercice du Riarc. En effet, le Cameroun assure la présidence du Riarc depuis décembre 2018.

Président de la Haute autorité de l'audiovisuel et de la communication (Haac) au Bénin depuis juillet dernier, Rémi Prosper Moretti est devenu de fait secrétaire exécutif du Riarc. Cette visite vise à faire le point des activités déjà menées par le réseau et élaborer des stratégies pour sa redynamisation. « L'objectif de notre visite est de redonner vie à ce réseau pour mieux servir les professionnels des médias et être davantage professionnels. Sans médias, il n'y a pas vie et sans population, il n'y a pas de média. Faisons tout pour sauvegarder la paix. Voilà pourquoi nous essayons d'harmoniser nos points de vue pour que la régulation soit africaine, et non pas seulement béninoise ou camerounaise, tout comme le journalisme est universel », a-til indiqué au sortir de l'audience.

Pour cette visite entamée le 16 septembre dernier, le secrétaire exécutif du Riarc est accompagné de deux conseillers de la Haac et de la coordinatrice générale du réseau. Créé en 1998 à Libreville au Gabon, le Riarc a pour but de favoriser l'établissement, le développement, l'approfondissement des relations de concertation et d'échanges entre les instances africaines de régulation de la communication. Ce réseau a ainsi pour objectifs, entre autres, de contribuer, par la synergie des échanges, à asseoir l'autorité technique, professionnelle et institutionnelle de chacune des instances membres ; de développer, entre membres, des échanges d'idées et d'expériences sur les questions en rapport avec leurs missions ; organiser une étroite coopération en matière de formation et assistance technique ; aider à mettre en place dans chaque instance un système fiable de collecte, de traitement et de diffusion de l'information et de la documentation au profit des consoeurs.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.