Angola: Le pays souligne les difficultés de rapatriement des réfugiés

Dundo — Le ministre de la Défense, Salviano Cerqueira, a déclaré vendredi, à Dundo, province de Lunda Norte, que le rapatriement volontaire et spontané de 14.724 réfugiés en République démocratique du Congo (RDC) était une tâche "très compliquée" suite aux ressources matérielles et financières très limitées.

Le ministre, qui s'exprimait lors d'une réunion bilan sur le rapatriement volontaire et spontané, a rappelé que l'Etat angolais avait été surpris, ce qui a rendu le processus plus complexe, obligeant le Gouvernement à trouver des solutions pour empêcher les réfugiés d'atteindre les frontières de Chissanda et Tchicolondo, en marchant.

Il a déploré le fait que le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) n'ait pas soutenu l'initiative du Gouvernement angolais lors du rapatriement.

À ce moment-là, le HCR a justifié qu'il ne soutiendrait pas le processus sans la tenue d'une réunion tripartite entre l'Angola, la RDCongo et le HCR, qui fixerait les dates du début du processus de rapatriement.

Le ministre, qui coordonne une commission multisectorielle d'assistance aux réfugiés, a répété que l'Angola serait toujours solidaire des citoyens qui se trouvent dans cette situation, car le respect des droits de l'homme est et sera toujours une priorité.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.