Madagascar: Distorsions à Marovintsy - Enjeux centrés sur le marché noir de gasoil

800 emplois générés par la société Gallois pour la Communauté locale sont suspendus à Marovintsy Vatomandry, suite aux manifestations de cette semaine. Selon ses dirigeants, la firme restera fermée jusqu'à ce que la situation s'apaise.

Des emplois de rêve ! Etant analphabètes, sans aucun certificat ni diplôme, ils ont un salaire de base minimum de 400.000 Ariary, en tant qu'ouvriers. Mais ce salaire n'est pas la principale préoccupation des manifestants, selon les responsables auprès de la société Gallois, qui ont mené une investigation depuis des mois. « Dans toute la zone de Vatomandry et ses environs, le marché noir de gasoil est très développé et approvisionne presque tous les automobilistes, même les transporteurs.

Ces carburants vendus illégalement viennent des stocks de la société Gallois », ont-ils indiqué. D'après les informations, la société perd 30% de ses stocks à cause de ces vols de carburant, ce qui représente une grande quantité si l'on sait que la firme consomme 600.000 litres de gasoil par an.

Plusieurs solutions ont été mises en œuvre pour résoudre le problème. La société a même fait appel aux forces de l'ordre pour appuyer le gardiennage du site avec les 112 agents de sécurité déjà en place, mais cela n'a donné aucun résultat. En février 2019, un expert canadien est venu pour décortiquer ces pertes inexpliquées. Celui-ci fut assassiné, décapité. Bref, les voleurs de carburant qui ont constitué un réseau, tiennent beaucoup à leurs activités malsaines.

Externalisation. « Suite à cette situation grave, nous avons fait appel au service de l'ASS (Assistance Service épine de Sécurité). Il a été convenu que ce prestataire priorise la main d'œuvre locale. Après état des lieux et étude faite, une formation a été accordée aux agents de sécurité. Ensuite, suivant la stratégie développée par l'ASS, il a été constaté que 44 agents de sécurité sont éligibles pour la réalisation du programme. 15 autres ont été affectés à d'autres services, car ce sont des employés permanents. Les autres ne sont donc pas retenus.

Ce sont ces derniers qui ont constitué une bande organisée pour créer la discorde et les manifestations diverses pour fermer l'usine », ont indiqué les responsables auprès de la société Gallois. A noter que cette société opère depuis presque un siècle, mais travaille depuis 2016 avec les Chinois pour moderniser son système d'exploitation. D'après les informations, les agents de sécurité non éligibles ont été notifiés poste par poste et la plupart d'entre eux n'ont même pas encore reçu leurs notifications.

Saccagés. Dimanche, une partie des agents de sécurité sont venus sur le site pour exiger l'arrêt des activités de l'usine, en fermant l'unité de production d'électricité qui approvisionne tout le site. Les agents de l'ASS et les forces de l'ordre ont réussi à régler le problème. Le lendemain, le site a été sécurisé par 16 représentants des forces de l'ordre afin de permettre les activités de la firme mais les incitations de grève se sont poursuivies, d'après les témoignages. Des discussions ont été engagées entre les deux parties, en présence de représentants de l'Inspection de travail et d'autres autorités. Pour la société, il s'agit de professionnalisation de la sécurité pour réduire les pertes causées par les vols. D'après ses dirigeants, elle est également prête à honorer ses obligations, en tant qu'employeur.

Cependant, la discorde se poursuit. Mercredi dernier, des employés Chinois postés à la laverie, près de la zone de stockage, ont émis une détresse de plus en plus intense. En effet, le stockage a été saccagé par les manifestants et ces Chinois étaient coincés dans le bâtiment. « Les autres Chinois qui étaient à la Base Vie paniquaient, car il y a déjà eu un antécédent avec le Canadien. Ils ont décidé de récupérer leurs amis avec des véhicules 4×4 et un bull pour défoncer les barrages érigés par les manifestants sur la route. .

Des jets de pierres ont eu lieu. Quatre Chinois sont blessés dont deux sont très graves. Un Malgache a également été touché à son pied par un jet de pierre. C'est à la suite de tous ces drames que la société a décidé de fermer ses portes pour l'instant », a expliqué notre source. Bref, outre les investisseurs et les employés victimes de la situation, le marché noir de gasoil à Vatomandry connaitra également un choc, face à cette fermeture provisoire de la société Gallois... Par ailleurs, deux femmes sont déjà identifiées, suspectées d'être les preneurs et revendeurs du gasoil volé auprès de la société Gallois.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.