Congo-Kinshasa: Combien de personnels de cabinets pour 65 ministres?

La dernière réunion du gouvernement dirigée par le Premier ministre Sylvestre Ilunga, a entre autre planché sur le nombre des collaborateurs des 65 membres du gouvernement. Le chef de l'exécutif a proposé le respect des textes en vigueur depuis 2007. Mais les débats devront se poursuivre encore.

Selon le porte-parole Jolino Makelele, cette question de la composition des cabinets ministériels a été en bonne place vendredi dans les débats de la réunion du gouvernement.

Le Premier ministre Sylvestre Ilunga a évoqué le décret de 2007. Selon ce texte, chaque ministère dispose d'un seul cabinet qui comprend un directeur, un directeur adjoint, sept conseillers, un chargé de mission et un secrétaire particulier. Et là où se trouve un vice-ministre, ce texte prévoit deux membres de cabinet supplémentaires : un chargé de mission et un secrétaire particulier.

Il y a aussi le personnel d'appoint qui se compose d'environ une vingtaine de personnes, dont au moins quatre sont des agents que l'administration publique met à la disposition du ministère.

Pour certains, c'est insuffisant, surtout lorsqu'il faut céder aux exigences des partis dont plusieurs demandent un quota d'environ 70% des postes dans les cabinets.

Le débat est donc très animé. Dans l'opinion, on s'inquiète. Soixante-cinq membres du gouvernement avec chacun un personnel de cabinet aussi important, cela prendra une grosse part du budget de l'État. Les priorités telles que définies par le Premier ministre lui-même risquent d'en pâtir.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.