Ile Maurice: Enquête - Les hommes qui «valaient» Rs 3 milliards

22 Septembre 2019

Amitiés, trahisons, allégations, changement d'allégeances et de l'argent... beaucoup d'argent. Ce sont là les éléments de cette saga qui se déroule depuis des années entre Maurice, la Suisse et la France et dont le dernier rebondissement en date est la plainte de l'avoué Preetam Chuttoo contre l'homme d'affaires Rakesh Gooljaury et Ramen Sawmynaden, ex-cadre de la State Bank of Mauritius. On vous explique.

Fin des années '90. Un Mauricien habitant à Paris connu comme «Mamé» - dont on ne divulguera pas l'identité pour l'heure - vient en vacances à Maurice et ouvre un compte à la State Bank of Mauritius. Son banquier se prénomme Ramen Sawmynaden. Dès l'ouverture, des sommes faramineuses sont transférées de la Suisse. À coup de millions, le compte se remplit puis se vide. C'est que «Mamé» est loin d'être économe. D'où vient l'argent ? Tous les protagonistes locaux s'accordent à dire que c'est Eric Freymond, un homme d'affaires Suisse, «défavorablement» connu de l'Autorité des marchés financiers de France et collectionneur d'art controversé - selon des sites d'informations en ligne - qui détient la fortune. Pourquoi transfert-il autant d'argent sur le compte de «Mamé» ? On enquête pour voir...

Les années passent, les sommes s'accumulent sur le compte en banque, les lois contre le blanchiment durcissent et finalement, en 2012, les virements cessent. La somme totale qui a été transférée à Maurice divise les protagonistes. Selon Ramen Sawmynaden, qui est maintenant cambiste, gérant de maisons de jeu et à ce moment-là, gestionnaire des fonds de «Mamé», il y aurait eu environ Rs 800 000 000 et des grosses poussières, mais selon «Mamé» et les autres, il s'agirait de Rs 3 milliards.

Où est donc l'argent ? C'est la source des problèmes. Dépensé par «Mamé» selon certains - hôtels de luxe pendant de très longues périodes, courses, bijoux, casinos, voyages - alors que d'autres disent que Ramen Sawmynaden a tout détourné. Toujours est-il qu'Eric Freymond veut son argent, et son équipe, qui compte maintenant Jennesy Sabapathee comme conseillère juridique et qui remplace Ramen Sawmynaden en tant que représentant(e), réclame Rs 3 milliards à Ramen Sawmynaden.

Enter Rakesh et Preetam

L'avoué d'Eric Freymond est Preetam Chuttoo, qui est aussi l'avoué de l'Integrity Reporting Agency et de SAJ. C'est lui qui rédige la mise-en-demeure de l'homme d'affaires suisse contre Ramen Sawmynaden. On est en juillet 2019. Ce dernier, à son tour, fait une plainte à la Law Society contre l'avoué. Rakesh Gooljaury, lui, est omniprésent dans l'affaire en tant qu'ami de Ramen Sawmynaden et client de longue date de Preetam Chuttoo. L'homme de loi, ne se laissant pas démonter, va porter plainte pour complot au Central Criminal Investigation Department (CCID) contre les deux hommes, alléguant que les deux amis ont comploté pour nuire à sa réputation.

Dans sa plainte, il rappelle que «Mamé» et sa femme ont porté plainte contre Ramen Sawmynaden en 2015 car il aurait falsifié leurs signatures et que les graphologues ont confirmé ce fait et que par la suite, il y a eu d'autres plaintes et affidavits contre l'ex-cadre par «Mamé» et son épouse concernant d'autres falsifications de signatures et des détournements de sommes astronomiques.

Preetam Chuttoo affirme aussi que le 16 août, son client Rakesh Gooljaury lui a demandé un rendez-vous pour le lendemain pour parler affaires et lui a donné un numéro de téléphone pour l'appeler. Le jour venu, l'avoué appelle sur le numéro, mais pas de réponse. Ce n'est qu'après la plainte de Ramen Sawmynaden à la Law Society pour harcèlement que l'avoué s'est rendu compte que Rakesh Gooljary lui a donné le numéro de l'ancien banquier et crie au complot «bien orchestré» pour nuire à sa réputation.

Dans la foulée, une radio privée rapporte que Preetam Chuttoo a affirmé qu'il n'a jamais rencontré Ramen Sawmynaden. Mais les images CCTV en notre possession démontrent que le dimanche 18 août, l'homme de loi ainsi que Rakesh Gooljaury entrent dans le bâtiment où se situent les bureaux de Ramen Sawmynaden.

Entre-temps, le gouvernement français s'en est mêlé et la brigade des finances française aurait fait le déplacement à Maurice à deux reprises au moins pour enquêter sur les transferts entre la Suisse et Maurice. Mais ça, c'est une autre histoire...

Qui est Ramen Sawmynaden ?

Cela fait plusieurs années qu'il défraie la chronique, mais il n'a jamais répondu aux sollicitations des journalistes. D'ailleurs, même dans le cadre de cette enquête, il n'a pas souhaité donner sa version des faits, réitérant qu'il n'est pas prêt à parler.

Ramen Sawmynaden a commencé sa carrière comme banquier à la SBM. Il quitte son poste lorsqu'il est incriminé par la Commission Sik Yuen sur les malversations au sein de la force policière sous Raj Dayal. Cependant, la partie qui le concerne a été enlevée du rapport après qu'il a remporté la judicial review. Il y a même consacré un livre, qui, selon ceux qui l'ont eu entre les mains, est «très bien écrit».

Après son passage à la banque, Ramen Sawmynaden est devenu cambiste et gestionnaire des comptes de «Mamé» et ses millions. Il est méticuleux. Selon son entourage, c'est un «homme de dossiers» qui ne laisse rien passer. Il archive tout : contrats, relevés, comptes en banque, dépenses, courriers. Il ne laisse rien passer. «Lorsqu'il parle, il peut presque toujours soutenir ses dires par des preuves», confie des membres de son cercle. D'aucuns soutiennent que dans l'affaire des Rs 800 000 000 ou Rs 3 milliards, il a l'intégralité de la documentation qui prouvera sa version des faits.

Petit à petit, son empire s'étale. Il se lance dans l'immobilier et la gestion de casinos. C'est de ses bureaux, installés en face de la maison mère de la MCB à Port-Louis qu'il gère ses projets. Ramen Sawmynaden fait couler beaucoup d'encre pendant la commission d'enquête sur la drogue. Plusieurs sources avaient affirmé qu'il allait être convoqué car il aurait des liens avec des barons de la drogue, mais cela n'a jamais été le cas. C'est pendant cette période que Ramen Sawmynaden entame une série de poursuites contre La Sentinelle. Objectif : nous décourager à écrire d'autres articles sur lui. Mais c'était, peut-être, mal nous connaître...

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.