Burkina Faso: Mariage d'enfants - Une pratique à la peau dure à l'Est

23 Septembre 2019

L'Initiative des journalistes africains pour la coopération et le développement (IJACOD) en partenariat avec le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF) a organisé, une caravane de presse sur le mariage d'enfants dans la région de l'Est, du 10 au 13 septembre 2019. Cette sortie avait pour objectif de permettre aux journalistes de prendre connaissance de l'ampleur du phénomène dans la localité.

Le Burkina Faso comme la plupart des pays d'Afrique de l'Ouest est confronté au phénomène de mariage d'enfants. Selon un rapport du Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF), 52% des filles au pays des Hommes intègres sont mariées avant l'âge de 18 ans et 10% avant 15 ans. Le même rapport classe la région de l'Est comme l'une des plus touchées par le phénomène. Une caravane de presse initiée par l'Initiative des journalistes africains pour la coopération et le développement (IJACOD) a permis aux journalistes de prendre connaissance de l'ampleur du phénomène dans la région. En effet, selon les dires du directeur provincial de la Femme, de la Solidarité nationale, de la Famille et de l'Action humanitaire du Gourma, Serge Gaétan Combary, de nombreux cas sont enregistrés chaque année par ses services.

« En 2017, nous avons eu vent de 331 cas de mariages d'enfants contre 391 en 2018 et 287 au premier semestre de 2019 », a-t-il indiqué. Des chiffres qui, à l'écouter, sont loin de la réalité, car beaucoup de cas ne sont pas portés à leur connaissance. Toutefois, il a noté que grâce à la sensibilisation menée par les différents acteurs, de nombreuses victimes ont de plus en plus le courage de dénoncer leurs « bourreaux ».

C'est le cas de Laurentine Thiombiano, native de Matiakoali qui, donnée en mariage à 16 ans, a réussi à fuir du domicile de son époux pour se réfugier à la direction provinciale de l'action sociale. « Mon père m'a donnée en mariage à ma naissance. Avant son décès en 2017, il a instruit mon oncle de veiller à ce que mon mariage soit célébré avec celui à qui j'étais promise. Chose qui a été faite quelques mois après sa mort », relate la jeune fille qui précise avoir fait six jours chez son époux avant de prendre ses jambes à son cou. Si, Thiombiano a été donnée en mariage de force par son père, Victorine Lankoandé elle, a tout simplement été « offerte » à la famille de sa belle-sœur. « J'étais en visite chez mon grand frère à Nagrin en 2014. Il a alors profité de l'occasion pour me donner en mariage à son beau-frère alors que je n'avais que 13 ans », se souvient-elle, triste. Selon les explications de Victorine, le séjour chez son jeune époux a été des plus horribles.

« J'étais frappée et violée chaque jour par mon mari qui m'obligeait également à faire des sacrifices, car il était animiste alors que moi je suis chrétienne », raconte la jeune fille qui doit son salut aux sœurs religieuses chez qui elle s'est réfugiée après avoir fui de chez son époux le cinquième jour de leur mariage. Bien que « sauvée » de ce mariage forcé, Victorine subit jusqu'à présent les conséquences de cette situation.

En effet, suite à sa fuite de chez son mari, son frère a décidé de la bannir de la famille. « Les sœurs religieuses chez qui je vis actuellement m'ont accompagnée à plusieurs reprises pour demander pardon à mon frère. Mais il est resté campé sur sa position. Il a dit qu'il ne connaît ni d'Adam ni d'Eve et que je ne fais pas parti de sa famille », regrette la jeune fille qui ajoute que sa mère a également fait les frais de sa fuite car elle aussi a été chassée de la famille pour « Complicité ».

Des conséquences sur la santé

Le cas de Laurentine et de Victorine n'est pas isolé dans la localité. De nombreuses filles de la région passent chaque année par cette expérience douloureuse. Une expérience qui, à en croire le médecin-chef du district sanitaire de Fada N'Gourma, Abdoulaye Yaméogo, a des conséquences néfastes sur la santé des victimes. Selon ses explications, le mariage précoce compromet l'avenir obstétrical de la jeune fille du fait des rapports sexuels précoces. A cela, il a ajouté le fait que la plupart des victimes sont en proie à des troubles psychologiques dus aux violences morales et physiques qu'elles ont subies. Au regard de toutes ces conséquences néfastes, les services de l'Action sociale en collaboration avec les ONG et associations de protection de l'enfance intensifient les actions afin non seulement de mettre fin à la pratique mais aussi et surtout d'accompagner celles qui ont déjà été victimes. A écouter le directeur provincial de l'Action sociale, l'intervention de sa structure concernant les mariages d'enfants se situe à trois volets à savoir la prévention, la prise en charge et la réhabilitation. La prévention, a-t-il expliqué, se fait à travers des actions de communication pour le changement de comportement.

« Nous organisons également des émissions radiophoniques, des théâtres-forums et des causeries-débats pour informer davantage les populations des méfaits de la pratique », a-t-il mentionné. La prise en charge, quant à elle, consiste à un soutien psychologique, moral et économique des victimes pour qu'elles retrouvent leur enthousiasme et leur joie de vivre. « Nous les formons aux compétences de vie courante afin de leur donner les capacités de se prendre en charge », a indiqué M. Combary. Le volet réhabilitation comprend des actions de médiation afin de permettre aux jeunes filles de retrouver leur famille. « La plupart des cas de refus de mariage forcé s'accompagnent de bannissement des victimes. Nous travaillons donc à ce qu'elles puissent retrouver leur famille », a-t-il fait savoir. Selon les explications de M. Combary, le phénomène de mariage d'enfants perdure en dépit des actions menées pour y mettre fin. Car, a-t-il souligné, la région de l'Est est confrontée à une forme particulière de mariage d'enfants appelée rapt qui consiste à l'enlèvement de la jeune fille. A l'écouter, la pratique trouve son fondement dans la culture même des Gourmantché.

« Ici, à Fada, ce qui est fréquent, ce sont les rapts. Et c'est culturel. Ceux qui le pratiquent disent qu'ils sont nés trouver et qu'ils perpétuent l'œuvre de leurs ancêtres. Ce qui fait que la lutte est de longue haleine car il faut travailler à changer les mentalités », a-t-il déploré. Dans la même veine que le directeur provincial, Julien Ouédraogo, coordonnateur du projet « Consensus communautaire pour mettre fin aux mariages d'enfants, à l'excision et aux violences faites aux enfants dans la région de l'Est » a noté que le rapt est devenu une norme sociale dans la localité. « Dans l'entendement du gourmantché, un vrai homme est celui qui arrive à enlever son épouse. Pour lui, il faut mériter sa femme », a-t-il soutenu. Poursuivant, il a souligné que la situation est d'autant plus critique du moment où certains parents demandent eux-mêmes à la belle-famille d'organiser l'enlèvement de la fille qui leur a été promise. « Et parfois, si la fille sent qu'elle est menacée, elle peut à son tour organiser son propre enlèvement avec un autre homme », a confié M. Ouédraogo.

Une répression inutile ?

A entendre le substitut du procureur du Tribunal de grande instance de Fada N'Gourma Inoussa Kafando, la pratique est tellement ancrée dans les mœurs que même la répression n'arrive pas à dissuader les fautifs. « Il est arrivé des fois où on a interpellé des ravisseurs de jeunes filles qui, au cours de l'entretien, se demandent pourquoi on les a arrêtés car pour eux ils n'ont rien fait d'anormal », a-t-il déclaré. Pourtant, a-t-il noté, les faits de rapt sont punis par l'article 513-2 du nouveau code pénal qui prévoit une peine d'emprisonnement de six mois à cinq ans et une amende de 60 000 à 1 million F CFA. Le même article précise que lorsque le rapt a été suivi de viol, la peine passe de cinq à dix ans avec une amende allant d'un à cinq millions FCFA. Des dispositions qui, selon lui sont difficilement applicables, car la plupart des cas sont gérés à l'amiable.

« Lorsque les jeunes garçons enlèvent les filles, ils font tout pour les enceinter avant qu'on ne les dénonce. Ce qui fait que même lorsqu'on les attrape, ce sont les familles des victimes elles-mêmes qui demandent qu'on les relâche pour qu'elles puissent s'occuper de leur femme et de leur futur enfant », a fait savoir M. Kafando. La répression ne semblant pas porter ses fruits, le coordonnateur du projet « Consensus communautaire pour mettre fin aux mariages d'enfants, à l'excision et aux violences faites aux enfants dans la région de l'Est » pense qu'il faut plutôt miser sur la sensibilisation de la population surtout celle de la frange jeune. « Si nous arrivons à faire prendre connaissance aux jeunes des conséquences néfastes de la pratique, ils vont eux-mêmes être des relais pour faire passer les messages de sensibilisation et petit à petit, les mentalités vont changer », s'est-il dit convaincu.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.