Sénégal: Kaffrine - Les enseignants invités à rendre effectif le concept "ubi tey jang tey"

Kaffrine — Le secrétaire général régional du syndicat autonome des enseignants du moyens et secondaire du Sénégal (SAEMSS), à Kaffrine (centre), Wandifa Mané, a appelé, dimanche, les enseignants à rejoindre les classes le jour de la rentrée afin que le concept "Ubi tey jang tey" soit une réalité dans cette région.

"J'appelle solennellement à la conscience professionnelle de tous les enseignants, qu'ils rejoignent les classes le jour de la rentrée et que les cours puissent démarrer effectivement. Que les enseignants s'affairent pour que le concept +ubi tey jang tey+ soit effectif dans la région de Kaffrine", a lancé le SG régional du SAEMSS de Kaffrine dans un entretien avec l'APS.

"Le concept +oubi tey jang tay+ doit être une action de tous les jours. Le jour de la rentrée, il faudrait que tous les enseignants de tous les ordres et d'obédiences possibles puissent être à leur poste", a insisté M. Mané, invitant les autorités académiques de Kaffrine à "prendre toutes les dispositions nécessaires pour que le jour de la rentrée les enseignants et les élèves puissent être dans de meilleures conditions".

Pour Wandifa Mané, le Sénégal, ne peut pas avoir "une chose beaucoup plus valorisante que (son) système éducatif".

"Il faudrait que l'école puisse être une source d'ascension sociale. Il s'agit juste d'une organisation pour que ce concept + oubi tey jang tey+ puisse être matérialisé et que l'on puisse en faire une maxime de tous les jours", a encore dit le Secrétaire général régional du SAEMSS à Kaffrine.

"Il ne faut pas prêter le flanc en tant enseignant. L'enseignant devrait s'acquitter de tout ce qui ressort des prorogatives qui sont inhérentes à sa page. Et, dès l'instant qu'on veuille s'inscrire dans le cadre de la revendication, il faut s'acquitter d'abord de tous ses devoirs. C'est en ce moment qu'il sera beaucoup plus facile de réclamer ses droits", a-t-il encore soutenu.

Le Secrétaire général régional du syndicat autonome des enseignants du moyens et secondaire du Sénégal (SAEMSS) a indiqué que tous les déplacements liés au brevet de fin d'études moyens (BFEM) ont été payés.

"Depuis presque quatre ans, les déplacements liés au BFEM à Kaffrine sont devenus un vieux souvenir. Aujourd'hui, dans cette région tous les déplacements ont été payés", a t-il déclaré salué.

À Kaffrine, s'est encore réjoui M. Mané, "Nous avons réussi avec les autorités administratives à essayer de trouver un climat de dialogue. C'est ce qui nous a valu qu'on puisse anticiper à chaque fois qu'on ne connaisse pas les problèmes liés aux déplacements".

Selon lui, "le dialogue permet de prendre en charge en amont les problèmes pour que l'on ne puisse pas être dans une recherche de solutions".

"Les problèmes ne manquent pas mais il faut savoir les gérer avec hauteur et surtout avec le sens de la responsabilité (...)", a-t-il dit.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.