Cameroun: Grand Dialogue National - Germaine Ahidjo sera-t-elle à Yaoundé ?

23 Septembre 2019

Les consultations en vue du grand dialogue national (GDN) se poursuivent. Entre critiques, préalables et dénonciations, tout y passe. Dans la foulée, une invitée surprise : Germaine Ahidjo, l'épouse du premier président du Cameroun indépendant.

Elle vit en exil au Sénégal depuis la mort de son époux Ahmadou Ahidjo, premier président du Cameroun. Enterré au cimetière de Yoof à Dakar, le rapatriement de sa dépouille a toujours été au centre du débat politique. L'occasion du Grand Dialogue national n'a pas dérogé. La presse est allée fouiller. Et, l'indépendant, un journal paraissant à Yaoundé est revenu. Grand dialogue national : « Germaine Ahidjo l'invitée surprise ! » Avec la question de la participation de Germaine Ahidjo et, par conséquence la question du rapatriement des restes de son époux. « L'ex-première dame pourrait être l'une des grandes attractions de la grande messe qui s'ouvre au palais des Congrès ce 30 septembre. Sans contexte, la question du rapatriement de la dépouille du tout premier président du Cameroun, y sera débattue. C'est un devoir de mémoire et une volonté de se réconcilier avec son histoire »

Une préoccupation qui s'ajoute aux inquiétudes des anglophones de la Conférence des anglophones. La Nouvelle Expression parle de « beaucoup d'inquiétudes ». Et, de fait, Reçue par le Premier ministre, la délégation des religieux conduite par le Cardinal Tumi a demandé que les décisions prises au sortir du dialogue soient appliquées, 30 jours après le 4 octobre 2019. Un autre sujet comme le Fédéralisme, la Vice-présidence de la République s'invite au Dialogue. Pour Le journal Sans Détour, il s'agit de « ces sujets qui font leur forcing au grand Dialogue ». Non prévus dans le cadre formel tracé par le chef de l'Etat, ils s'insèrent dans l'agenda de la grand'messe au fil des consultations organisées par le Pm.

Surtout, la mise en garde du journal La Voix du Centre qui tire sur la sonnette « vers une nouvelle crise anglophone ». Et pour cause, Les consultations engagées par le Premier ministre au lendemain du discours du président de la République n'ont été jusqu'ici qu'une perpétuation des tares ayant conduit à la crise anglophone de 2016. Illustration est donnée par le quotidien Le Messager qui accuse « Le Rdpc et l'administration confisquent le dialogue ». A l'origine, la convocation par le gouverneur du Centre de 30 personnalités issues du parti au pouvoir pour les préliminaires. Samuel Kleda tacle le pouvoir de Yaoundé.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.