Congo-Kinshasa: Haut-Katanga - Hausse de prix du maïs, une situation qui risque de virer au vinaigre

23 Septembre 2019

Les populations du Haut-Katanga, habituées à consommer la farine de maïs qu'elles ne produisent pas, est aux abois. Cette denrée très prisée se fait de plus en plus rare. Et le prix de vente, lui, varie. Il est fixé selon les humeurs des commerçants qui disposent de quelques stocks.

La hausse de prix du maïs dans la province du Haut-Katanga, principalement à Lubumbashi a déjà dépassé les limites de l'acceptable. Les consommateurs locaux dont le pouvoir d'achat est faible pour la plupart, ne peuvent faire face à la nouvelle tarification fixée par des privés. Le prix d'un sac de 25 Kg a pratiquement doublé, passant de 23 000 francs congolais (14 USD) à plus de 40 000 francs (24 USD). Faute de moyens, certains consommateurs prennent des commerçants privés comme cibles, au point de piller même les quelques stocks dont disposent ces hommes d'affaires. Question de subvenir à leurs besoins au prix des sacrifices, à leur risque et péril.

Pas plus tard que la semaine dernière, la population de la ville de Lubumbashi a assisté impuissante à un scénario rocambolesque. Un camion rempli des sacs de maïs a été pillé au centre ville par des personnes non autrement identifiées. Cela s'est passé en plein jour, au vu et au su de tout le monde. Même les agents de l'ordre sensés protéger les personnes et leurs biens ne se sont contenté que d'observer. Inacceptable.

Aux yeux de certains analystes, c'est une situation qui dépasse les limites de l'acceptable. Et l'exécutif provincial est invité à agir le plus vite que possible.

« La situation, telle qu'elle se présente, fait penser à un pouvoir dépassé et en panne de stratégies managériales. Or, cette situation n'est pas nouvelle. Les lushois l'on vécu à plusieurs reprises. Et à chaque fois qu'une telle situation s'est produite, les réponses ont toujours été à la hauteur de la pénurie. Nous ne comprenons pas silence des autorités provinciales à ce sujet. Elles sont incapables d'apporter des réponses appropriées aux populations affamées alors qu'elles ont été placées pour apporter des solutions concrètes aux problèmes de leurs administrés », s'est exprimé un habitant de Lubumbashi qui a requis l'anonymat.

Pour ce citoyen, la pénurie de la farine de maïs dans le Haut Katanga lui rappelle la belle époque de Moïse Katumbi Chapwe alors gouverneur de la province du Katanga.

« À l'époque de Moïse Katumbi, alors gouverneur du Katanga, des réponses étaient vite trouvées à ce genre de situations. Et très vite, les populations retrouvaient le sourire. L'homme d'affaire faisait venir des tonnes et de tonnes de farine de maïs parfois de l'étranger pour satisfaire aux besoins de ses administrés. Et cela, à plusieurs reprises. Moïse Katumbi le faisait parfois à ses frais », s'est rappelé cet habitant nostalgique.

Il y a quelques jours, l'association des commerçants congolais opérant à l'étranger a tiré la sonnette d'alarme en ce qui concerne la pénurie de la farine de maïs qui touche l'ancienne province du Katanga depuis plusieurs semaines.

« Le prix d'un sac de 25 Kg a pratiquement doublé, passant de 23 000 francs congolais (14 USD) à plus de 40 000 francs (24 USD) », a indiqué le président de cette association, Edouard Sumaili sur les ondes de la Radio Okapi.

« On a constaté qu'il y a, d'un coup, une flambée des prix [... ]. La population katangaise n'a pas l'habitude de consommer la farine de maïs produit localement. Et il n'y en a pas », a brièvement expliqué Edouard Sumaili. Parmi les solutions envisageables urgemment, il a appelé les autorités à octroyer des exonérations aux importateurs de la farine de maïs pour décanter cette situation.

Rappelons que dans le passé, les consommateurs ont eu à faire face à des situations similaires. En février 2017, par exemple, plusieurs villes du Haut-Katanga ont fait face à une pénurie de maïs. Le sac de 25 kg de cette denrée pourtant prisée par les populations locales était passé de 15 dollars Us à 32 USD. Quelques trois mois plus tard, le prix sera revu à la baisse (12 dollars Us pour un sac de 25 kg). À l'époque, le gouvernement central avait décidé de supprimer les taxes douanières ainsi que d'autres frais douaniers liés à l'importation et à la vente du maïs dans le Haut-Katanga.

Une mesure salutaire qui avait permis aux opérateurs économiques de la province d'importer avec facilité le maïs et d'inonder le marché de Lubumbashi avec ce produit, qui constitue l'aliment de base de la population locale.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.