Angola: L'économie angolaise sort de la zone rouge en 2020

Luanda — L'économie angolaise devrait connaître une croissance de 1,4% en 2020, après quatre ans de récession, selon les prévisions du Département des études économiques de la banque sud-africaine, Standard Bank.

«L'économie angolaise devrait sortir de la récession de quatre ans en 2020, avec les investissements renouvelés dans le secteur pétrolier contribuant à stabiliser la production à 1,4 million de barils par jour, bien que temporairement, grâce à l'amélioration de l'environnement réglementaire et aux réformes structurelles », lit-on dans le rapport d'octobre sur les marchés financiers africains.

Dans le document, envoyé aux investisseurs et auquel la Lusa a eu accès, les analystes de la plus grande banque africaine ont légèrement aggravé la prévision de croissance de l'Angola de 0,1 point de pourcentage d'ici 2020, prévoyant une croissance de 1,4%, " s'attendre à ce que la lente baisse de l'inflation et la dépréciation nominale de Kwanza continuent de peser sur la demande globale".

Très probablement, ajoutent-ils, «l'économie restera en récession cette année, le PIB se contractant de 1%, la contribution positive attendue des exportations étant insuffisante pour éliminer l'impact négatif des dépenses tant publiques que privées, avec l'investissement empêchant de croître autant que nécessaire ". Le Gouvernement angolais "restera déterminé à se conformer au programme du Fonds monétaire international (FMI), qui contribue grandement aux réformes structurelles dont le pays a besoin pour assurer le retour de la stabilité macroéconomique", expliquent les analystes de la Standard Bank. Le rapport prévoit que le deuxième examen du programme du FMI, qui devrait être achevé d'ici la fin du mois, permettra le décaissement de 250 millions de dollars supplémentaires (226,8 millions d'euros). Dans le chapitre financier, la Standard Bank écrit que l'Angola ne devrait pas retourner sur les marchés financiers cette année, ce qui signifie qu '«en raison de la chute des exportations de pétrole, les réserves de devises étrangères devraient subir une pression supplémentaire». Ces réserves devraient passer de 16 milliards de dollars (14,5 milliards d'euros) en juin à 14,1 milliards d'ici la fin de l'année.

«Le FMI contribuant à améliorer la confiance des investisseurs, la piètre performance du secteur pétrolier et le niveau d'endettement élevé limiteront probablement l'avantage de dépendre des marchés cette année. Le Gouvernement n'émettra donc probablement que des dettes au cours sur les marchés internationaux l'année prochaine », déclarent les analystes.

En ce qui concerne la politique économique, la Standard Bank note qu '«il est raisonnable de s'attendre à ce que le programme de réformes soit maintenu, soutenu par le programme financé par le FMI, qui devrait permettre de contenir des niveaux élevés de dette publique, qui dépassent largement les 80% du PIB annuel ".

Le fardeau de la dette publique devrait atteindre 89,1% cette année, et l'amélioration de la mobilisation des recettes, de la mise en œuvre de la TVA et de l'élargissement de la base d'imposition, au-delà du programme de privatisation, ne devraient pas empêcher l'augmentation du taux d'endettement par rapport au PIB, qui devrait dépasser 90%, en raison également de la dépréciation de Kwanza, concluent des analystes dans la partie angolaise du rapport sur les marchés africains

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.