Ile Maurice: Cryptomonnaie - La FSC déclare le Cloud Token illégal

23 Septembre 2019

Depuis quelques semaines, des jeunes hommes se font voir aux abords de nos centres commerciaux, par exemple à Cascavelle ou à Bagatelle. Ils font des lives sur Facebook pour vendre une cryptomonnaie, le Cloud Token, comme un moyen lucratif d'investissement. Il suffit, selon eux, de télécharger une application mobile et d'investir son argent dans cette monnaie virtuelle. Le taux de retour sur investissement serait, selon les promoteurs, de 6 à 12 %. 8 % de la somme investie seront retenus si un investisseur veut quitter le plan.

Selon le mode opératoire, les agents de Cloud Token Mauritius et de Cloud Token Indian Ocean and Africa utilisent leur très bonne éloquence en anglais comme en français pour vendre leur produit. Un représentant a récemment fait un live sur Facebook pour dire qu'il ne travaille plus comme un «acharné», mais qu'il a investi dans un projet de cryptomonnaie. Ils étaient au moins trois Mauriciens à vanter ce nouveau produit. Le groupe Facebook y relatif a été supprimé après la publication de l'Investor Alert de la Financial Services Commission (FSC), vendredi.

Nous avons sollicité un expert en technologie Blockchain, qui nous a expliqué qu'il s'agit là d'un probable Ponzi Scheme, connu aussi comme un multi-level marketing. En d'autres mots, ce projet de cryptomonnaie vise à recruter des investisseurs dans un système d'opération pyramidal. La Cloud Token App permet soit d'investir, soit de transférer de l'argent vers un compte bancaire. L'investisseur se voit ainsi offrir des tokens en guise d'échange afin que cet argent fructifie sur le long terme.

L'application indique justement une hausse du nombre de «tokens», avec les fameux 6 à 12 % de retour sur investissement par mois. Selon notre expert local, le «smart contract» de cette opération, soit le contrat qui lie les investisseurs aux promoteurs, ne comporte aucun détail technique vérifiable. Surtout que les tokens offerts n'ont aucune valeur en dehors du système de Cloud Token.

L'express a pu avoir accès à un groupe Facebook privé, comptant 185 personnes, avant qu'il ne soit définitivement fermé en fin de semaine dernière. Avec l'Investor Alert de la FSC, on sait que Cloud Token n'a aucune licence pour opérer à Maurice. La FSC réglemente le Security Token Offering, soit si des actifs numériques ayant une assurance ou une garantie. À savoir que les projets d'Initial Coin Offering et Cloud Token Offering sont soit des arnaques, soit ils font partie d'un Ponzi Scheme. Même si le fait de détenir des cryptomonnaies peut être un moyen alternatif de faire des paiements.

Le Cloud Token a fait son apparition en août, en Malaisie, avant de s'étendre à travers le monde. Des personnes sont recrutées pour qu'elles en attirent d'autres sous le système pyramidal. L'Inde, la Chine, l'Afrique du Sud et Maurice sont les pays pris pour cible.

Toutes les questions précises que des gens inquiets peuvent se poser sont renvoyées vers un certain Ronald Aii, de la Malaisie. La société Cloud Token était basée auparavant à Singapour. Ronald Aii est connu pour avoir mis en place plusieurs Ponzi Schemes et aidé à la création de cryptomonnaies.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.