Cameroun: Lutte contre Boko Haram - La Justice joue sa partition

Les magistrats et officiers de police judiciaire des pays concernés suivent une formation depuis hier sur le rôle du système de justice pénale à Yaoundé.

Très souvent dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, il est facile pour le personnel judiciaire de glisser dans des dérives qui ont une incidence sur les droits de l'Homme. Puisque les Etats du bassin du Lac Tchad font face depuis une dizaine d'années à la secte terroriste Boko Haram, l'Ecole nationale d'administration et de magistrature (Enam), avec l'appui des Etats-Unis, organise depuis hier une session de formation à l'intention des magistrats et officiers de police judiciaire des pays du bassin du Lac Tchad au sein de cette institution. Une rencontre intellectuelle placée sous le thème : « Le rôle du système pénal dans la lutte contre Boko Haram ».

Au cours de la cérémonie d'ouverture présidée par le secrétaire général du ministère de la Fonction publique et de la Réforme administrative (Minfopra), Anatole Maïna, représentant le ministre, le directeur général de l'Enam, Bertrand Pierre Sombou Angoula a rappelé que cet échange piloté par des experts a pour but d'apporter une réponse juridique en ce qui concerne le respect des droits de l'Homme en matière de lutte contre le terrorisme. « La justice a un rôle précieux à jouer dans cette lutte et nous voulons avec les partenaires du bassin du lac Tchad, mutualiser nos efforts et nos expériences », a-t-il précisé.

Pour le facilitateur de cet atelier, Philippe Nsoa, par ailleurs magistrat, la justice joue un rôle central. « Lorsqu'on remonte à la genèse des actes posés, certains prétendent agir en réaction à des comportements qui à leur sens sont des violations de droit. Et ces actes sont souvent mis sur le dos de l'Etat de sorte que si, à ce type de violence, l'Etat réagit par la violence uniquement, on n'est pas sorti de cet engrenage », a-t-il ajouté. A sa suite, Me Claude Assira, un autre expert indique que dans le cadre de la recherche des solutions, il faut avoir à l'esprit la nécessité de préserver les autres intérêts.

Puisque cet atelier bénéficie de l'appui des Etats-Unis à travers le département de la Justice, le chargé d'affaires à l'ambassade des Etats-Unis au Cameroun, Vernelle Fitzpatrick, a rassuré du soutien de son pays dans la promotion des droits de l'Homme, de la démocratie et de la justice. Puisque le niveau de menace reste élevé, il est important d'apporter des réponses concrètes et coordonnées. D'où l'importance d'une stratégie de lutte commune.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.