Congo-Kinshasa: Sud-Kivu - La MONUSCO forme les forces de sécurité sur le respect des Droits de l'Homme

communiqué de presse

Bukavu, le 24 septembre 2019 - Au Sud-Kivu, le Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l'Homme (BCNUDH) a débuté une série de formations sur les mécanismes de protection et de prévention contre les violations des Droits de l'Homme et du Droit International Humanitaire en zone de conflit. C'est à l'intention des commandants et officiers de l'armée (FARDC) et de la police (PNC) congolaises.

La première session a été lancée le mardi 24 septembre 2019 à Kalehe. Ce sont d'abord 25 commandants et officiers des FARDC de Kalehe-centre et ceux venus de Bunyakiri, Minova, Ziralo qui verront leurs capacités renforcées dans le domaine des Droits de l'homme. Parmi celles-ci figurent, entre autres, la question de la protection internationale des personnes déplacées et des réfugiés ainsi que la responsabilité du commandant d'unités sur les abus causés par ses éléments en zone de conflits armés.

Selon le BCNUDH, la formation devrait outiller les forces de sécurité en matière de protection des civils, d'investigation judiciaire et sur le mécanisme de protection des Droits de l'Homme en général.

Après deux jours avec les FARDC, 25 commandants de la PNC à Kalehe auront également droit aux mêmes notions, mais adaptées à la police.

A cette activité interactive, dont l'ultime finalité est la protection des civils, sont associés plusieurs autres facilitateurs, notamment la Force de la MONUSCO, la Police de la MONUSCO, la section Protection de l'Enfant/MONUSCO, le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), la Commission Nationale de Droit de l'Homme de la RDC ; de même que le Service d'Education Civique, Patriotique et d'Actions Sociales des FARDC, le tribunal pour Enfant ainsi que l'Auditorat Militaire Supérieur.

Après Kalehe, le Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l'Homme a prévu de faire bénéficier de la même formation les commandants et officiers FARDC et PNC dans les territoires de Mwenga, Walungu et Shabunda. Ce choix se justifie par l'insécurité de plus en plus grandissante dans ces zones au regard de la présence des groupes armés.

Selon le BCNUDH, des mécanismes de suivi seront mis en place avec les partenaires pour s'assurer de la prise en compte et l'application effective des notions apprises par ces commandants dans leur zone de responsabilité.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Monusco

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.