Congo-Kinshasa: Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU devrait encourager le pays à combattre l'impunité

communiqué de presse

Ces derniers mois, certains progrès ont été accomplis en matière de droits humains en République démocratique du Congo, mais il reste encore beaucoup à faire.

Nous avons assisté à un recul de la répression politique, la plupart des prisonniers et activistes politiques qui étaient détenus uniquement pour avoir exercé leurs droits fondamentaux étant désormais libres, tandis que de nombreux activistes et politiciens qui étaient partis en exil ont été autorisés à revenir.

Ces améliorations en matière de droits - quoique encore fragiles - devraient être encouragées, afin d'ouvrir la voie à des changements durables dans le domaine institutionnel.

Cependant, d'énormes défis demeurent en RD Congo. Des manifestants pacifiques continuent d'être arrêtés arbitrairement ou malmenés par les forces de sécurité.

Il est encourageant de constater qu'aucun individu faisant l'objet de sanctions internationales pour son implication dans de graves violations des droits humains ne siège dans le nouveau gouvernement, quoiqu'il n'en aille pas de même en ce qui concerne certaines positions de haut rang au sein des forces de sécurité ou de l'agence nationale congolaise de renseignement.

Plusieurs officiers de haut rang qui demeurent à des postes importants dans ces institutions ont été impliqués dans des violations des droits humains pendant des années, voire des décennies.

Nous craignons que si cette situation perdure, il soit difficile de mettre fin aux cycles de violence et d'impunité - en particulier dans l'est du pays, où environ 130 groupes armés sont en activité.

Tant que des officiers qui soutiennent des groupes armés et profitent de l'insécurité dans l'est resteront à des postes de commandement, il sera difficile, sinon impossible, de mettre fin aux abus.

Au lieu d'être récompensés avec des postes de haut rang, ils devraient être amenés à rendre compte en justice des abus qu'ils ont commis.

Pour promouvoir durablement la paix et la sécurité pour tous les Congolais, le gouvernement, avec l'appui du Conseil des droits de l'homme et d'autres partenaires, devrait faire en sorte que la justice soit une priorité et que les personnes qui sont responsables de graves violations des droits humains n'occupent plus de postes clés.

Le Conseil devrait proroger le mandat de la Haute-Commissaire afin d'assurer la poursuite de la surveillance de la situation dans le pays en matière de droits humains et de la circulation de l'information à cet égard, et s'assurer également que des critères bien définis de réforme soient identifiés et respectés avant d'envisager de mettre fin à ce mandat.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Droits de l'Homme

Plus de: HRW

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.