Afrique: Les systèmes alimentaires et l'agriculture tropicale sont les éléments phares des ODD

communiqué de presse

New York — Il est important de promouvoir les chaînes de valeur dans les régions les plus pauvres du monde, selon le Directeur général de la FAO

« Transformer les systèmes alimentaires et nutritionnels est essentiel afin de réaliser le Programme de développement durable à l'horizon 2030, » a déclaré aujourd'hui M. Qu Dongyu, Directeur général de la FAO, lors de sa participation au Dialogue des dirigeants sur les Objectifs de développement durable, organisé dans le cadre de la 74ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies.

« L'une des priorités les plus pressantes afin de ne laisser personne pour compte est de poursuivre les efforts ciblés visant à éradiquer la pauvreté et de continuer à investir au sein des chaînes de valeur dans les régions les plus pauvres au monde où vivent un grand nombre d'exploitants agricoles familiaux, » a-t-il indiqué.

« Il est également urgent de s'attaquer aux défis propres à l'agriculture tropicale, » a indiqué le Directeur général, faisant remarquer que parmi les États membres de la FAO, 113 sont situés dans les tropiques.

Le Rapport mondial sur le développement durable publié au début du mois identifie les systèmes alimentaires et les modèles de nutrition comme faisant partie des six « points d'entrée » indispensables afin de parvenir à une transformation structurelle rapide et de grande ampleur.

« Nous devons améliorer la qualité, la quantité et la diversité de la nourriture », a-t-il ajouté, insistant sur l'importance de s'adonner à des cultures autres que celles des principaux aliments de base comme le riz, le blé, le maïs et les graines de soja.

« Les systèmes alimentaires disposent de nombreuses possibilités de transformation au-delà de la phase de production, » a déclaré M. Qu, notant également que de précieuses opportunités existaient dans les secteurs du traitement et de la commercialisation afin d'améliorer les revenus et d'améliorer l'intégration des femmes et des jeunes en milieu rural.

La collaboration avec les acteurs du secteur privé afin de mobiliser des investissements, d'investir dans les technologies numériques, les infrastructures, de faciliter l'accès à de nouveaux marchés et au savoir-faire général, est un élément essentiel, tout comme la collaboration avec les groupes de la société civile afin de parvenir à un développement inclusif et durable.

Le Directeur général a mis l'accent sur l'Initiative Hand-in-Hand de la FAO qui vise à maximiser les impacts dans les pays ayant le plus besoin d'aide en vue de réaliser les ODD 1 et 2 - soit éliminer l'extrême pauvreté et la faim- en se rapprochant au plus des pays développés grâce notamment à l'expertise de la FAO en matière d'alimentation et d'agriculture.

Le Dialogue des dirigeants qui s'est tenu aujourd'hui s'inscrit dans le cadre du Forum politique de haut niveau pour le développement durable au cours duquel les chefs d'États, les gouvernements et les protagonistes clés du secteur ont passé en revue les progrès effectués en vue de réaliser les ODD.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: FAO

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.