Sénégal: Le Sénégal mène une politique d'endettement "prudente" (ministre)

Dakar — Le Sénégal mène une politique d'endettement "prudente" pour assurer la soutenabilité des finances publiques, tout en favorisant le développement économique, a assuré le ministre des Finances et du Budget, Abdoulaye Daouda Diallo.

"Je dois rappeler (que) le Sénégal mène une politique d'endettement prudente pour assurer la soutenabilité des finances publiques, tout en favorisant le développement économique", a-t-il soutenu dans un entretien paru jeudi dans le quotidien national Le Soleil.

M. Diallo a précisé que le stock de la dette publique totale est arrêté à fin 2018 à 7137,4 milliards FCFA contre 5848,468 milliards FCFA en 2017, soit une progression de 22%.

"Le ratio d'endettement public est à 54,7% en 2018 et reste contenu en deçà de la norme communautaire de 70%", a-t-il assuré.

Selon lui, le Sénégal a été présent sur le marché financier international en 2014, 2017 et 2018 pour lever des ressources nécessaires à la mise en œuvre de projets et programmes structurants qui "ont contribué de façon décisive aux croissances économiques records enregistrées sur la période 2014-2018, sans remettre en cause sa capacité à faire face aux charges de sa dette".

Le ministre a rappelé que dans le domaine des infrastructures routières, "ce sont 1 362 km de routes qui ont été construites, soit 272,4 km par an, ce qui fait un doublement par rapport aux 12 ans ayant précédé l'accession à la magistrature suprême de Macky Sall".

"Ce sont 217 km d'autoroutes qui ont été construites alors que jusqu'ici le Sénégal ne disposait que de 32 km d'autoroutes. C'est la construction de 2800 km de pistes de désenclavement soit 560 km/an, c'est quasiment 4 fois plus que la moyenne annuelle de la période antérieure", a-t-il énuméré.

Il a signalé que dans le domaine de l'énergie, la puissance électrique installée a doublé favorisant l'amélioration de l'accès et de la qualité de l'électricité en zone urbaine.

En zone rurale, a-t-il dit, "ce sont 2 202 nouveaux villages qui ont été électrifiés, soit une moyenne annuelle de 440,4 villages électrifiés par an contre 84,4 villages par an sur la période antérieure, c'est dire qu'il a été réalisé 5 fois plus de villages électrifiés par an".

S'agissant de l'agriculture, "ce sont des productions record qui ont été enregistrées permettant de couvrir nos besoins en céréales de 93% et en riz de 63%".

La production arachidière a quant à elle a été multipliée par 2,5 de même que les productions horticoles tandis que les productions animales (lait, viande, aquaculture) ont connu une augmentation satisfaisante, a encore relevé le ministre.

En matière d'hydraulique, a-t-il fait savoir, l'accès à l'eau pour tous a été atteint en milieu urbain tandis que "nous sommes à 8,5 points de l'accès à l'eau potable de toutes les populations rurales en vue d'atteindre l'accès universel".

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.