Cameroun: Sécurité alimentaire - La contribution du Japon

Le gouvernement nippon a offert environ 1,6 milliard de F au Programme alimentaire mondial pour soutenir les populations vulnérables du Septentrion et de l'Est, mercredi à Yaoundé.

Les populations vulnérables des régions septentrionales et de l'Est sont « en haut » jusqu'au mois de novembre prochain. Elles qui connaissaient déjà une baisse drastique de leur ration alimentaire voient le gouvernement japonais voler à leur secours, en octroyant un financement d'environ 1,6 milliard de F au Programme alimentaire mondial (Pam). C'était à l'occasion de la signature d'un accord entre l'ambassadeur du Japon, Tsutomu Osawa et le représentant du Pam, Abdoulaye Balde, le 25 septembre dernier au siège du Programme alimentaire mondial mercredi à Yaoundé.

Dans les détails, ce soutien japonais qui cible 222 000 personnes vulnérables, particulièrement des élèves et des enfants atteints de malnutrition s'articule sur deux volets. Le premier correspond à la subvention des cantines scolaires des zones ciblées afin que les enfants puissent avoir des repas à l'école. Une manière pour le gouvernement japonais de lutter contre la sous-scolarisation dans ces régions et d'encourager les enfants à se rendre massivement à l'école. Cet élan vise aussi à améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle des enfants. Il s'agit d'un appui aux activités de prévention contre la malnutrition aiguë et modérée de ces enfants âgés de 6 à 59 mois et de ceux dont l'âge varie entre 24 et 59 mois. « Le Japon attache une importance particulière à l'assistance alimentaire.

C'est pourquoi notre gouvernement a décidé de soutenir le Cameroun dans sa démarche en vue d'améliorer la situation alimentaire des populations vulnérables », a confié l'ambassadeur du Japon. Un geste de générosité qui arrive en temps opportun et salué par le Cameroun. « C'est avec joie que nous recevons ce soutien. Il y a environ un million de Camerounais qui ont besoin d'aide alimentaire. Nous étions vraiment dans une période difficile où on commençait à couper la ration réservée aux réfugiés et aux populations hôtes. Grâce à cette aide, nous pouvons continuer à nourrir les personnes dans ces zones jusqu'au mois de novembre », a fait savoir Abdoulaye Balde, qui ne compte pas s'arrêter là. « On va continuer à chercher des soutiens auprès des autres organismes afin de donner à manger aux gens qui en ont besoin », a-t-il conclu.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.