Cameroun: Un militant pour la cause de l'"Ambazonie" porté disparu après son interview à la télévision

Photo: UNDP
Une vue sur Yaoundé - Cameroun
28 Septembre 2019

La disparition du militant activiste pour la cause anglophone, Abdul Karim, mercredi 25 septembre, a créé l'émoi au sein des populations. On ne sait toujours pas où il se trouve et ce, à la veille du Grand Dialogue national qui commence le 30 septembre prochain à Yaoundé la capitale politique du Cameroun

Abdul Karim, érudit musulman, fervent critique du régime de Yaoundé et pro-ambazonien était sur le plateau de Equinoxe télévision mercredi dernier où il a commenté l'actualité

Il avait en outre affirmé que, pour que le grand dialogue national puisse aboutir à un consensus, il faut qu'il y ait une troisième personnalité neutre qui jouerait le rôle d'arbitre et que les décisions prises lors des travaux puissent être contraignantes dans les camps en conflits

Selon des informations recueillies auprès de ses proches, Abdul Karim se serait rendu à Yaoundé où il aurait été arrêté dans la nuit de mercredi à jeudi et conduit vers une destination inconnue.

Dans une dépêche de l'activiste séparatiste, Mark Bareta, Abdul Karim a été arrêté à la fin d'une réunion à l'ambassade de Suisse à Yaoundé. La même source affirme que Abdul Karim est soupçonné par les autorités camerounaises de trafic d'armes.Allégations rejettées par Mark Bareta qui en a profité pour demander de la part des autorités camerounaises sa libération immédiate.

Aucune déclaration n'a été faite sur ce sujet par les autorités locales

Il faut souligner que la disparition d'Abdul Karim intervient à la veille du 30 septembre, date du début du « Grand dialogue national » annoncé par le chef de l'État camerounais. Cette rencontre, qui durera une semaine, s'achèvera le 4 octobre 2019, et vise principalement à trouver une solution à la crise qui secoue les deux régions anglophones du Cameroun depuis 3 ans.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.