Burkina Faso: 2es journées parlementaires du CDP - Dans le fief de KDO, sur fond de crise interne

Kaya a abrité du 26 au 28 septembre 2019 les 2es journées parlementaires de l'année du groupe parlementaire Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP). Placée sous le thème «Enjeux des élections de 2020 dans le contexte sécuritaire actuel au Burkina Faso», celles-ci se sont tenues à une période où l'ancien parti au pouvoir, fondé par l'ex-président Blaise Compaoré, traverse une crise interne marquée par des exclusions, des suspensions et des démissions de cadres et de militants. La cérémonie d'ouverture des travaux a enregistré la présence du récent démissionnaire Kadré Désiré Ouédraogo et de l'exclu Rasmané Daniel Sawadogo, respectivement candidat déclaré à la prochaine élection présidentielle et député élu sous les couleurs du CDP au Sanmatenga. On notait l'absence des leaders du CDP dont Eddie Komboïgo et Achille Tapsoba, respectivement président et vice-président du parti.

En dépit du contexte de crise interne au sein de l'ancien parti au pouvoir, le député Rasmané Daniel Sawadogo, élu de la province et par ailleurs président du comité d'organisation, s'est pleinement investi pour le succès de cette manifestation politique. De Korsimoro à Kaya en passant par Boussouma, les militants et sympathisants du CDP, composés en majorité des Kadoïstes (Ndlr : les partisans de Kadré Désiré Ouédraogo), se sont fortement mobilisés pour réserver un accueil chaleureux aux élus du CDP. La salle de conférences de l'hôtel Pacific a d'ailleurs refusé du monde lors de la cérémonie d'ouverture des travaux qui a été placée sous haute surveillance sécuritaire.

Le mot de bienvenue du représentant de la section provinciale du CDP, Salifou Simporé, a porté sur les préoccupations des militants à la suite de l'invalidation par l'organe dirigeant du parti de leur nouveau bureau composé d'une trentaine de membres et de l'exclusion de leur unique député, Rasmané Daniel Sawadogo, à la veille des élections de 2020. « En tout état de cause, les militants œuvreront pour l'atteinte des objectifs du parti et resteront déterminés pour accompagner leur député dans toutes ses actions présentes et futures », a-t-il déclaré. Salifou Simporé a, au nom du bureau invalidé, réaffirmé leur engagement à soutenir toutes les initiatives qui seront prises par leur champion, Kadré Désiré Ouédraogo, malgré sa récente démission du CDP. Invité au parloir par le maître de la cérémonie pour présenter à l'assistance les députés hôtes, l'honorable Rasmané Daniel Sawadogo en a profité pour rappeler aux militants qu'il a lui aussi appris comme eux à travers la presse son exclusion du CDP.

Il s'est réjoui du rayonnement du parti dans la province en dépit des multiples difficultés. Outre les remerciements, l'indéfectible mentor du candidat KDO dans la province a invité ses partisans à lui faire confiance car le chemin qu'ils ont emprunté les conduira au palais présidentiel de Kosyam en 2020. « Depuis que nous organisons des journées parlementaires sous cette législature, jamais nous n'avons vu pareille mobilisation », a déclaré Alphonse Nombré, président du groupe parlementaire CDP. Il n'a pas manqué de féliciter le député Rasmané Daniel Sawadogo pour le travail abattu malgré son exclusion du parti. « (... ) peut-être qu'un jour, nos chemins vont de nouveau se croiser au sein de cette formidable famille qu'est le CDP que nous a légué le père fondateur Blaise Compaoré », a indiqué l'honorable Alphonse Nombré. Il a rendu hommage à Kadré Désiré Ouédraogo pour son soutien et sa présence à leurs côtés en tant que personne-ressource de la province tout en regrettant sa récente démission du parti.

Pour ce qui est du choix du thème de ces journées, le président du groupe parlementaire CDP a rappelé que le Burkina Faso est la cible des groupes terroristes depuis 2015. En plus de la désolation et la terreur, cette situation d'insécurité, a-t-il précisé, provoque des mouvements de populations à l'intérieur du pays. La classe politique s'est dans son ensemble accordée à l'issue des travaux du dialogue national initié par le président du Faso en juillet dernier pour le maintien des échéances électorales de 2020. C'est pourquoi, a expliqué Alphonse Nombré, les élus nationaux du CDP ont décidé de mener la réflexion sur les enjeux des élections de 2020 dans le contexte sécuritaire actuel. Les parlementaires échangeront aussi sur des sous-thèmes axés sur le dialogue politique national, le processus de la relecture du Code électoral, la problématique des déplacés internes et la tenue d'élections démocratiques dans un Etat en proie aux conflits liés au terrorisme. Invités à la cérémonie d'ouverture, les groupes parlementaires MPP, UPC et PJRN ont par les voix respectives de Lacina Ouattara, de Mathias Ouédraogo et de Ludovic Thiombiano, salué la pertinence du thème et le choix porté sur Kaya pour abriter cette rencontre d'échanges.

Les élus du CDP ont, en marge de ces journées parlementaires, témoigné leur solidarité aux personnes déplacées internes de Kaya à travers une remise de dons. Quant à l'entretien avec le président Eddie Komboïgo sur la vie du parti, il n'a pas eu lieu. Aux dernières nouvelles, le patron du CDP serait en voyage hors du pays.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.