Cameroun: Crise dans la zone anglophone - Ouverture du «grand dialogue national»

Photo: UNDP
Une vue sur Yaoundé - Cameroun

Ce lundi 30 septembre s'ouvre le « grand dialogue national » à Yaoundé au Cameroun. Des centaines de participants sont attendus pour trouver les voies et moyens d'en finir avec le conflit dans les régions anglophones, un conflit qui a déjà fait en 3 ans, 3 000 morts, près d'un demi-million de déplaces, 40 000 réfugiés. Ce « grand dialogue national » convoqué par le président Paul Biya génère beaucoup d'espoir au Cameroun, mais beaucoup d'incertitudes aussi.

Le palais des Congrès de Yaoundé a achevé sa toilette des grands jours. C'est dans cette immense bâtisse que vont se dérouler les débats de ce grand dialogue national. Les travaux qui s'ouvrent ce matin par une séance plénière vont courir jusqu'à vendredi.

Ces dix derniers jours, le Premier ministre Joseph Dion Ngute a consulté sous un rythme effréné des chefs de partis politiques, des leaders d'opinion et associatifs de tout ordre, des chefs traditionnels et religieux afin de récolter leurs propositions et d'arrêter la liste des participants à ces assises.

Sortie du chef de l'État

Premier fait marquant, à ce sujet : la sortie exceptionnelle du chef de l'État le 10 septembre tranche avec l'image d'un président indifférent à ce qui se passe dans les régions anglophones. Le signe pour certains d'une implication personnelle, un geste fort.

Autre facteur d'espoir : l'adhésion d'un nombre important d'acteurs qui ont répondu présents et la mobilisation de la communauté internationale.

Cela dit, plusieurs facteurs poussent certains observateurs à la circonspection : l'absence d'un médiateur neutre puisque le gouvernement camerounais est partie au conflit, l'absence de certaines figures les plus critiques de la société civile camerounaise, l'absence du leader de l'opposition Maurice Kamto, qui reste en détention préventive, et surtout l'absence des principaux leaders indépendantistes, pour qui les conditions ne sont pas remplies.

Négociation en terrain neutrePour ces derniers, si négociation il doit y avoir, elle ne peut se tenir qu'en terrain neutre et uniquement sous les conditions de la partition du pays. Ce sujet est de toute façon exclu du programme officiel des débats, tout comme le sujet sur la forme de l'État souhaité par certains acteurs comme le Social democratic front (SDF) et même quelques leaders francophones qui sont favorables à un retour à un régime fédéral.

Nous attendons particulièrement que tous les invités soient présents...

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.