Congo-Kinshasa: Santé de la reproduction - Les familles des militaires sensibilisées au choix de la contraception

30 Septembre 2019

« Les enfants en âge de procréer (15 ans) doivent avoir accès à l'information pour éviter non seulement des maladies sexuellement transmissible, mais également des grossesses non désirées ». Le médecin-directeur de la zone de santé Kokolo, Dr Zephyrin Awazi, l'a souligné le vendredi 27 mai dernier, en marge de la journée mondiale de la contraception commémorée le 26 septembre de chaque année.

C'est sous le thème "Choisir sa contraception " que l'Association des enfants des militaires (AEMIL) a célébré cette journée avec l'appui de l'Ong Ipas/RDC. Il a loué l'initiative de ces enfants et remercié cette Ong pour son assistance à l'organisation de cette activité.

Pour sa part, le directeur-pays de Ipas/RDC, Dr Patrick Djemo, a saisi cette occasion pour faire observer que le thème de cette journée "Choisir sa contraception" tombe à point nommé dans la mesure où, se référant aux textes de loi, la Constitution du pays garantit le droit à la santé pour tous. De nombreux traités internationaux ratifiés par la RDC, a-t-il poursuivi, dénotent aussi l'engagement de la RDC à garantir de manière particulière les droits à la santé de la reproduction. Ces traités, a-t-il ajouté, appellent les États parties à prendre des mesures appropriées qui permettent de lever les barrières financières, à l'accès aussi bien aux soins appropriés qu'à l'information y relative, surtout pour les adolescents et jeunes.

D'après Dr Patrick Djemo, les évidences montrent que la contraception améliore sensiblement la santé de la mère et de l'enfant en réduisant ainsi la mortalité et la morbidité materno-infantile.

Il a, par ailleurs, soutenu que la contraception est reconnue par les experts économiques comme étant un pilier majeur dans la marche vers l'émergence de la RDC à l'horizon 2030.

De son côté, le directeur du Programme militaire de la santé de la reproduction, le général Nzuka, a fait savoir que ce programme prévoit de mener des activités relatives à la santé sexuelle et reproductive des adolescents et des jeunes. Aussi faudra-t-il encadrer ces jeunes pour une sexualité responsable, a fait valoir le général Nzuka. Pour qui le thème "Choisir sa contraception" démontre suffisamment que la planification familiale a encore du chemin à faire dans la population congolaise, particulièrement dans les forces armées de la RDC.

Quant au président de l'Association des enfants des militaires, Azor Mwepu Mutombo, il a, lui aussi, saisi cette opportunité pour reconnaître les efforts du gouvernement de la RDC à assurer le bien-être de la population. Cela en réduisant les barrières à l'accès aux soins de santé, y compris les barrières financières qui affectent les familles de militaires.

Il a aussi soutenu que la planification familiale s'inscrit dans le cadre du Plan national de développement sanitaire (PNDS) qui est une stratégie importante pour la réduction des décès maternels. Sans oublier la prévention des grossesses non désirées, surtout chez les jeunes, qui se soldent souvent par des avortements clandestins à risque.

Cependant, il est important de noter que la plupart de stratégies élaborées dans ce sens ne prennent pas en compte de façon significative les populations vivant dans les zones/camps militaires, qui de par leur nature, sont des zones d'accès restreint en contraste direct avec les besoins en santé de la reproduction. Pour preuve, le fait qu'il n'existe presque pas de programme de structure visant l'amélioration de l'accès à l'information et aux services de santé sexuelle et reproductive ciblant spécifiquement les familles de militaires, composées, d'ailleurs, en majorité d'adolescents et de jeunes.

« C'est pour cette raison que nous tenons à féliciter le Programme national de la santé de reproduction (PNSR) qui, avec l'appui de Ipas, a jugé utile d'appuyer les services d'éducation civique, patriotique et d'actions sociales dans la prestation de services gratuits de planification familiale et d'impliquer l'AEMIL dans l'accompagnement de son implémentation », a fait savoir Azor Mwepu Mutombo. À noter que c'était aussi une opportunité pour Ipas d'offrir des services des contraceptions gratuitement, a-t-il conclu.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.