Afrique: Hommage universel à Chirac, vu d'Afrique

30 Septembre 2019

A la uneSur la braise

HOMMAGE UNIVERSEL A CHIRAC, VU D'AFRIQUE

L'important, ce n'est pas la durée au pouvoir, mais ce qu'on laisse à la postérité

30 septembre 2019

0 14 Temps de lecture 1 minute

French President Jacques Chirac (L) signs the "Livre d'Or" (Guest Book), as Russian President Vladimir Poutine (R) and German Chancelor Angela Merkel (C) look on, in the Compiegne castle library during the three-day summit, in Compiegne, northern France, 23 September 2006. (Photo by BENOIT TESSIER / POOL / AFP)

Les hommages à Jacques Chirac fusent de partout depuis son décès, le 26 septembre dernier. Et ce grand hommage qui frise la louange vient de chefs de partis politiques, de leaders d'opinion et de chefs d'Etat de tous les horizons y compris ceux africains. A voir ces obsèques grandioses où l'Etat français a mis les petits plats dans les grands, nos présidents africains en rêvent et au petit matin, devant leur glace, ils s'interrogent sur le type d'hommages auxquels ils auront droit après leur dernier souffle. Le moins que l'on puisse dire, c'est que les hommages grandioses, nos présidents en Afrique en raffolent. Tant et si bien que certains s'accrochent au pouvoir, espérant y mourir et bénéficier ainsi d'obsèques nationales dignes de ce nom. Or, cette compréhension de la gestion du pouvoir est révolue. Aujourd'hui, un chef d'Etat doit plutôt chercher à marquer son temps et son peuple en posant des actes nobles et non vouloir passer toute sa vie à la tête d'un Etat. Ces hommages rendus à Jacques Chirac doivent interpeller certains chefs d'Etat comme Denis Sassou NGuesso, le président Togolais Faure Gnassingbé, Paul Biya du Cameroun pour ne citer que ceux-là. Les deux premiers cités participaient aux obsèques du président Chirac. Eux qui rament à contre-courant des valeurs de démocratie et d'alternance ! Si ces dictateurs pensent que c'est en s'accrochant au pouvoir qu'ils bénéficieront d'hommages nationaux, il est temps qu'ils se ravisent.

Les hommages grandioses se méritent

En effet, l'homme que les Français pleurent aujourd'hui, n'a fait que deux mandats présidentiels. Mieux, c'est sous sa présidence que l'on est passé du septennat au quinquennat. Ce n'est donc pas étonnant qu'il soit reconnu comme le 2e meilleur président de la Ve République, après Charles De Gaulle. En vérité, les hommages grandioses se méritent, car le peuple sait aussi reconnaître ses héros et ceux qui ont véritablement œuvré à améliorer ses conditions de vie. Et parmi ces personnes à qui des nations ont été reconnaissantes, figure en bonne place Nelson Mandela. En ne faisant qu'un mandat et en refusant de rebeloter, « Madiba » a voulu, à travers cet acte rarissime sur le continent africain, montrer qu'il y a une vie après la présidence. Cet exemple de l'ex-président sud-africain est, à n'en point douter, l'une des meilleures façons de s'attirer la sympathie et le respect de ceux dont on préside aux destinées. Il faut savoir quitter le pouvoir pour ne pas sortir par une porte dérobée. Les cas de Mobutu de l'ex-Zaïre aujourd'hui RDC, et Ben Ali de la Tunisie, tous morts loin des leurs et sans aucun hommage, devraient être autant de leçons pour nos chefs d'Etat. L'important, ce n'est pas la durée au pouvoir, mais ce qu'on laisse à la postérité.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Le Pays

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.