Afrique Centrale: Le calvaire des réfugiés Burundais en Tanzanie

C'est à partir de ce 1er octobre que la Tanzanie débute le rapatriement des réfugiés burundais présents sur son sol. La raison invoquée est que la situation politique et sécuritaire chez son voisin se serait améliorée.

"En accord avec le gouvernement burundais et en collaboration avec le Haut-Commissariat pour les réfugiés, nous allons entamer le rapatriement de tous les réfugiés burundais le 1er octobre", déclaré récemment le ministre tanzanien de l'Intérieur Kangi Lugola. À l'en croire, "en vertu de cet accord, ce sont 2.000 réfugiés qui seront rapatriés chaque semaine, jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de réfugié burundais en Tanzanie".

Leurre

Pour sa part, le ministre burundais de l'Intérieur, Pascal Barandagiye, a déclaré disposer "d'informations selon lesquelles des personnes, des organisations internationales leurrent les réfugiés en leur disant qu'il n'y a pas de paix au Burundi". "Ce n'est pas vrai, le Burundi est en paix et les réfugiés doivent rentrer chez eux", a-t-il déclaré lors d'une visite dans l'un des campas des refugiés en Tanzanie.

Démentis du HCR

Dans un communiqué le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés s'est démarqué de cette affirmation: "si la sécurité s'est globalement améliorée, le HCR estime que la situation au Burundi n'est pas, à l'heure actuelle, de nature à encourager les retours".

C'est pourquoi Dana Hughes, la porte-parole du HCR pour l'Afrique de l'Est, "appelle les Etats à s'assurer qu'aucun réfugié ne soit renvoyé au Burundi contre son gré et que des mesures soient prises pour que la situation au Burundi soit plus favorable au retour de réfugiés (...)". Elle rappelle toutefois que des "centaines" de Burundais fuient toujours leur pays chaque mois et demande aux Etats de la région de continuer à les accueillir.

Assurances

Au cours de deux interviews qu'il a accordée à la DW, Gaston Sindimwo, Premier Vice-président du Burundi a rassuré ses compatriotes que la sécurité leur sera garantie, dès leur retour au pays. Des assurances que ne prennent pas au sérieux les réfugiés qui craignent pour leur vie une fois rentré au bercail.

La décision prise par les autorités de la Tanzanie de rapatrier les réfugiés burundais inquiète les ONG de défense des droits de l'homme et les réfugiés eux-mêmes. Hilaire, c'est un nom d'emprunt, se plaint du fait que les autorités tanzaniennes ont durci les conditions de vie dans les camps de réfugiés pour les inciter à partir.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.