Burkina Faso: Développement endogène - Ouagadougou abrite un symposium sur le renouveau économique

Comment apporter des réponses endogènes aux questions de développement sans pour autant se replier sur soi-même? Comment construire un Etat-nation avec une identité nationale, basé sur des valeurs républicaines en restant panafricaniste voire citoyens du monde? Comment se construire sans détruire l'autre? Ce sont autant de questions auxquelles Citoyen du renouveau, une organisation de la société civile, entend répondre à travers ce symposium de Ouagadougou.

L'organisation de ce symposium selon Mathieu Tankoano, président du conseil d'orientation et de décision de Citoyen du renouveau sur le renouveau économique du Burkina, découle d'un constat majeur. En effet explique-t-il, le Burkina est invariablement classé parmi les pays les plus pauvres du monde. Et malgré les différents programmes mis en œuvre avec l'appui des partenaires techniques et financiers à travers le Cadre stratégique de lutte contre la pauvreté (CSLP) sur la période 2000-2010 et la Stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD) sur la période 2011-2015, la situation socio-économique du pays des Hommes intègres est en l'état bien que le Burkina vit aujourd'hui, un boom minier après celui du coton. Actuellement, c'est le Plan national pour le développement économique et social (PNDES) qui a pris le relais de la SCADD. Il court jusqu'en 2020, mais selon M. Tankoano, les résultats attendus ne s'annoncent guère mieux que ceux des précédentes stratégies.

Mathieu Tankoano se demande alors si l'on devrait élaborer uniquement des politiques sectorielles pour prendre en charge les questions de terrorisme et ses corollaires, les bouleversements socio-économiques, la gestion monétaire dans l'espace UEMOA et la CEDEAO, l'avènement de la Zone de libre-échange continental (ZLECAF), le renforcement de la présence de la Chine, les changements climatiques, la chute des aides publiques extérieures, les mutations technologiques, la mondialisation et sa remise en cause par les Etats-Unis ou faudra-t-il réinventer une alternative charnière?

La construction d'un renouveau s'impose

De ces questionnements, M. Tankoano estime qu'il découle que "la construction d'un renouveau s'impose comme mission essentielle à réaliser et qu'il devient alors indispensable d'élaborer, d'organiser et de planifier une nouvelle politique économique audacieuse, fondée sur nos propres stratégies de développement et prenant en compte les acquis antérieurs car, il est un truisme pour les avertis, que de la politique économique dépendent les autres outils du développement et les conditions d'un meilleur vivre ensemble."

L'objectif principal de ce symposium qui se déroule sous forme de trois panels précédés d'une leçon inaugurale, est d'amorcer l'élaboration de politiques publiques pour un développement endogène du Burkina, tenant compte des mutations nouvelles et du contexte national, africain et international. Il s'agira spécifiquement de faire un état des lieux des politiques de développement économique menés au Burkina au cours des décennies passées ; de définir des objectifs finaux, intermédiaires et opérationnels d'une politique économique du Burkina ; d'identifier des instruments (macroéconomiques, politiques sectorielles, capacités endogènes, etc.) et établir des mesures spécifiques à court, moyen et long termes, visant à atteindre les objectifs définis ; élaborer sur la base des échanges, un projet de document de référence d'une politique économique pour un développement endogène au Burkina ; l'élaboration d'un projet de feuille de route ou d'agenda quinquennal précisant les actions à développer et à réaliser en lien avec le thème et en parfaite cohérence d'avec les objectifs de Citoyen du renouveau afin de réaliser le renouveau.

Le symposium permettre donc à ces experts universitaires et acteurs citoyens, de «faire converger le théoriquement parfait vers le pratiquement réalisable avec comme finalité, le bien-être des citoyens burkinabè.» Le document de base qui sortira des travaux sera enrichi au cours d'ateliers régionaux qui se tiendront dans les 13 régions du pays. La nouvelle politique qui sera donc adopté sera remise aux autorités compétentes à l'issue d'un plaidoyer.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.