Zimbabwe: Mnangagwa appelle à la patience pour relancer l'économie du pays

Un appel lancé ce mardi lors de son discours annuel à la nation, devant le Parlement. Après des décennies de mauvaise gestion, l'élection d'Emmerson Mnangagwa en 2017 avait suscité d'importants espoirs. Mais depuis, l'économie du pays n'a cessé de se dégrader.

Devant cette station-service du centre ville d'Harare, une cinquantaine de véhicules fait la queue pour un plein d'essence. Peacemaker, chauffeur de taxi, patiente depuis presque une heure. « Je suis arrivé à 7h du matin, raconte-t-il. Mais aujourd'hui, la queue n'est pas très longue. Des fois, je passe la journée entière à chercher de l'essence. Je dois m'arrêter de travailler quasiment un jour par semaine, juste pour faire le plein. »

Pénurie d'essence, de liquidité, d'électricité. Le pays n'a pas suffisamment de devises étrangères, et ne peut importer tous les produits dont il a besoin.

Au supermarché, pas de queue, mais des prix exorbitants

En juin dernier, le gouvernement a interdit les transactions en devises étrangères, provoquant une dépréciation de la monnaie locale, se lamente Morgan, qui travaille dans le secteur privé.

« De manière générale, la vie devient de plus en plus dure. Si vous allez au supermarché les prix changent chaque jour. Récemment, le prix du pain est passé de 6 dollars à 9 dollars, le prix de la farine de maïs est passé de 20 à 40 dollars. Tout augmente, sauf les salaires. Si vous prenez quelqu'un qui gagne 600 dollars, il doit payer le loyer, le transport, la nourriture, l'école des enfants... Comment voulez vous qu'il s'en sorte ? »

Selon le Fond Monétaire International, l'inflation a atteint 300% en août dernier. Le gouvernement a d'ailleurs suspendu la publication annuelle de ces chiffres d'inflation.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.