Niger: Avec ou sans opposition, le pays ira aux urnes en 2020

Photo: Le Pays
Siège du Pnds à Niamey

Alors que la commission électorale nationale indépendante vient de démarrer la constitution du fichier électoral, l'opposition crie au scandale. Mais le gouvernement assure que cela ne changera rien au processus.

Au Niger, la Commission électorale nationale indépendante a démarré ce mardi 1er octobre, la constitution du fichier électoral en vue des élections générale de 2020. Un processus sans l'opposition qui continue de dénoncer le nouveau code électoral. Le point de discorde est l'article 8 qui disqualifie pour une élection toute personne ayant été condamnée à au moins un an de prison. L'opposition refuse donc de siéger au sein de la Céni.

Mais, ce mercredi sur la DW, le porte-parole du gouvernement, Abdourahaman Zakaria, est clair : le processus électoral se poursuivra avec ou sans l'opposition. "L'article 8 est ainsi, l'opposition est bien représentée dans la comission mais refuse de prendre sa place", estime-t-il. Et d'insister : les réclamations de l'opposition ne changeront rien dans le processus en cours.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.