Sénégal: Remboursement de la DER - Matam parmi les meilleurs payeurs avec seulement un taux de 20 %

Un comité régional de développement, présidé par le gouverneur de la région de Matam, a permis de faire un bilan d'étape de la Délégation Générale à l'Entreprenariat Rapide pour les femmes et les jeunes (DER), un an après le démarrage de ses activités, avec les mêmes acteurs qui ont participé au comité d'investissement de la région de Matam et de discuter des perspectives, notamment, en termes de projets structurants à mettre en place, mais aussi, à l'implication des services déconcentrés de l'Etat, dans le suivi des projets financés.

Durant cette septième étape de la mission de suivi que la Délégation Générale à l'Entreprenariat Rapide pour les femmes et les jeunes (DER) est en train de dérouler au niveau national, le taux de remboursement a été un point des discussions avec l'administration territoriale et les différentes parties prenantes. Il ressort ainsi, des différentes informations que, «la région de Matam a été très dynamique lors de la phase de dépôt avec 20 364 dossiers. Le montant total du financement s'élevant à 791 333 199 F CFA, pour 2 471 bénéficiaires, contre une enveloppe initiale de 631 773 139 F CFA, soit un taux d'absorption de 125%».

L'enveloppe initiale a donc, de l'avis des responsables de la DER, été revue à la hausse sur la base du nombre de dossiers reçus et de l'indice de pauvreté mais aussi, de la nécessité d'appuyer la mise en place de projets structurants (au même titre que la région de Kédougou). «En termes d'impayés, la région de Matam affiche un taux de 20% sur l'encours de crédit global, ce qui est donc satisfaisant», de l'avis du délégué général Papa Amadou Sarr, qui plaide pour une « bonne poursuite des actions sur le terrain pour assurer que ces montants impayés soient remboursés». Précisant à cet effet que «les actions de recouvrement relatifs aux 4P ne concernent que les bénéficiaires de mauvaise foi, qui ont signé des contrats mais, qui refusent de rembourser sans raison valable». Et que, «ceux qui traversent des difficultés inhérentes à la vie de l'entrepreneur sont bien entendu accompagnés par la DER en fonction de leurs besoins. Soit via la restructuration du crédit, soit par un appui pour leur faciliter l'ouverture aux marchés ou le renforcement de leurs capacités, en plus des modules dispensés en général avec des partenaires, depuis le début des activités du programme».

DES FERMES À L'IMAGE DES SIPA DE MATAM

S'agissant des perspectives, Pape Amadou Sarr, le Délégué Général de la DER a informé l'assistance de l'ambition de la structure qu'il dirige, de mettre en place des «fermes de l'émergence», pour une enveloppe globale de 6 milliards dans chaque département du Sénégal. «La DER va s'inspirer des SIPA (Sociétés d'intensification de la production agricole), développées par le Projet de développement agricole de Matam (PRODAM), dont l'assistance sera mise à profit pour le calibrage. Au-delà, chaque département de Matam aura une unité qui sera financée en fonds de roulement et équipements pour accompagner la dynamique qui existe déjà sur place», déclare-til.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.